Je remercie la rédaction des Echos de m’avoir permis de proposer dans une tribune des pistes de réflexion sur la Fonction Risk Manager.

Je remercie la rédaction des Echos de m’avoir permis de proposer dans une tribune des pistes de réflexion sur la Fonction Risk Manager. Des Risk Managers plus influents sont en effet le meilleur atout des entreprises pour lever ou atténuer les risques et éviter les situations de gestion de crises. 

Pour en savoir plus, je vous renvoie à l’ouvrage  » La Fonction Risk Manager. Organisation, Méthodes et Positionnement » que j’ai co-écrit avec N.Dufour ; paru en avril 2019 aux Editions Gereso. 

TRIBUNE

Opinion | Propositions pour une fonction «risk manager» plus influente

Meilleur atout des entreprises pour lever ou atténuer les risques et éviter les situations de gestion de crises, les risk managers semblent pourtant bien discrets et dotés d’une autorité relative les cantonnant au mieux à une logique de conseil interne sur des risques importants. (Par Caroline Aubry, maître de conférences en gestion à l’université Toulouse-III)

Par Caroline Aubry (maître de conférences en gestion à l’université Toulouse-III)

Publié le 18 déc. 2019 à 9h39

Mis à jour le 18 déc. 2019 à 9h40

Multiples cyberattaques subies par Airbus, plainte contre la BNP Paribas et ses anciens dirigeants pour complicité de torture, crimes contre l’humanité, génocide, blanchiment et recel au Soudan ou encore incendie de l’usine Lubrizol, Volkswagen et le Dieselgate avec l’ouverture du procès, Renault-Nissan et l’incarcération de Carlos Ghosn, Lactalis et le lait contaminé pour ne citer que les affaires les plus médiatiques, cette actualité voit réunis les cinq facteurs qui ont fait du risque une variable stratégique de la réflexion des entreprises françaises : élargissement du domaine du risque, prise en compte de la subjectivité du risque, transfert de certains risques des assureurs vers les entreprises, affaires, rôle des acteurs-amplificateurs que sont le régulateur-législateur et les médias.

Depuis trente ans, ces facteurs ont conduit les entreprises françaises à mettre en place une démarche globale de gestion des risques, nommée Enterprise-Risk-Management (ERM) par les Anglo-saxons ; ils ont contribué à la création d’une fonction dédiée à la gestion des risques, que nous appelons Fonction Risk Manager.

Une Fonction Risk Manager détentrice d’une faible influence sur la décision

Les Risk Managers corporate à la tête des directions de gestion des risques rencontrent de nombreux obstacles pour se faire entendre de leurs directions générales. Une première série entrave l’exercice même d’un rôle « d’architecte » de la gestion des risques : ce que les Risk Managers corporate appellent l’illusion de transversalité de leur périmètre d’activité (« Une identification des risques à 360° » soit tous les risques, sur l’ensemble des activités, actifs et entités de leurs groupes) les amène à reconnaître qu’il y a des « zones grises » liées à la taille de leur groupe et que tous les risques ne sont pas remontés ; ce d’autant plus qu’ils font face à un manque de moyens humains et budgétaires ; le poids de la sanction venant de la direction pèse également sur leur prise de décision ; leur challenge est en effet de « prendre le maximum de risque avec le maximum de sécurité, car sinon on ne vous le pardonnera pas. »

D’autres obstacles rendent leurs relations avec la direction générale complexes voire difficiles : ils se sentent dessaisis du processus de remontée des informations et peu écoutés ; la remontée des informations est indirecte et se fait via un rattachement hiérarchique souvent situé à plusieurs intermédiaires de la direction générale et rarement membre du comité exécutif ; elle est « faiblarde » en termes de contenu, d’outils et de fréquence ; ils craignent particulièrement lorsqu’ils sont rattachés au directeur financier, au contrôle interne ou à l’audit interne, de ne pas avoir de liberté de pensée.

Une troisième série vient du manque d’implication de la direction générale : non-reconnaissance de la nature stratégique de la gestion de risques dont il est difficile d’évaluer le coût, ses objectifs étant difficilement mesurables et sans référentiel ; communication externe vécue comme un exercice de conformité via le document de référence, communication interne autour de la fonction peu pratiquée ; faible fréquence de réunion des comités de risques, ce qui les réduit à un outil sans autorité. Pour exercer leur autorité, les Risk Managers corporate doivent conquérir une légitimité.

Des Risk Managers corporate en quête de légitimité

Trois pistes peuvent être proposées. Un rattachement hiérarchique, sur le modèle du Chief Risk Officer américain, le plus proche de la direction générale et autre qu’à la direction financière ou au contrôle interne leur donnerait la liberté de remonter directement des informations non censurées. Une mesure de leur activité via des objectifs (de gouvernance, de contrôle stratégique, opérationnels) quantifiés et des indicateurs adéquats déclencherait la reconnaissance de la valeur ajoutée de la fonction et l’implication de la direction générale.

Gageons que des moyens humains et budgétaires suivraient. Une montée en puissance de leurs compétences grâce à leur expertise permise aujourd’hui par l’existence de formations supérieures (Master 3ème cycle, formations de l’Association pour le Management des Risques et des Assurances dans les Entreprises par exemple), l’expérience accumulée en une quinzaine d’années d’existence de la fonction, leur sens du relationnel et la connaissance de l’activité, du groupe et des opérations leur feront gagner en légitimité personnelle et faciliteront leur accès à la direction générale.