Préparation de la Table Ronde sur la Cybersécurité organisée par la Mêlée Numérique en juin 2020 : nouvelles cyberattaques.

Pour préparer ma participation à la Table Ronde organisée aujourd’hui (reportée au mois de juin 2020) par la Mêlée Numérique à Toulouse, j’ai entrepris de lister toutes les cyberattaques connues et intervenues contre des organisations française depuis janvier 2020. Ma liste est déjà longue.

Je vous dépose ci-dessous un article intéressant de cyberattaques contre trois municipalités. On y retrouve les éléments d’identification d’un risque : description de celui-ci, causes, impact. Et quelques Plans d’Actions proposés par Deloitte et détaillés dans un rapport intitulé « Ransoming government : What state and local governments can do to break free from ransomware attacks ».

Marseille, Martigues, Charleville-Mézières : les villes françaises sous attaque des ransomwares

Technologie : « Cette cyberattaque, inédite par son ampleur et sa force de frappe, n’a pu être évitée » assurent les responsables locaux. L’attaque touche des systèmes informatiques très importants en cette période d’élection et de pandémie de Coronavirus.

Par La rédaction de ZDNet.fr | lundi 16 mars 2020

Impossible dimanche soir pour les journalistes présents en mairie de Marseille d’obtenir les résultats du premier tour des municipales. La cause ? Une attaque informatique qui paralyse depuis le 14 mars dernier les systèmes informatiques de la municipalité, phocéenne.

La métropole Aix-Marseille-Provence a également été victime de l’attaque, tout comme la ville voisine de Martigues. 300 machines informatiques ont été bloquées assure l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (Anssi) à l’AFP.

Problème, ces machines devaient créer les listes d’émargement des procurations en vue des élections. Les listes ont donc du être faites à la main, ce qui a ajouté au chaos rapporté sur place dans les bureaux de vote, pour diverses raisons. La Provence précise de son côté que les systèmes informatiques de la région PACA seraient également concernés.

« Cette cyberattaque, inédite par son ampleur et sa force de frappe, n’a pu être évitée »

La mairie de Marseille a assuré que « les élections municipales auraient lieu normalement ». Reste que lundi matin le site de la métropole ne fonctionnait pas. La mairie de Martigues prévient quant à elle que « l’accueil du public sera affecté dans les prochains jours » du fait de cette cyberattaque.

« Malgré les précautions extrêmes prises au quotidien pour protéger les équipements informatiques et se prémunir des virus et du piratage, cette cyberattaque, inédite par son ampleur et sa force de frappe, n’a pu être évitée » a déclaré par communiqué Martine Vassal, candidate Les Républicains à la mairie de Marseille, et présidente de la métropole Aix-Marseille-Provence. « Cette attaque repose sur un rançongiciel (ransomware), un logiciel malveillant qui bloque l’accès à un ordinateur ou à des fichiers en les chiffrant, tout en réclamant à la victime le paiement d’une rançon ».

Elle précise par ailleurs que les équipes techniques sont à pied d’œuvre pour faire un diagnostic précis des systèmes compromis afin d’ »arrêter la propagation » de cette attaque et d’en « limiter l’impact ». Pour éviter un dysfonctionnement de plus grande ampleur, la Métropole a demandé à ses agents de ne pas allumer leur ordinateur fixe ou portable. La collectivité explique travailler avec les instances nationales de sécurité, pour « permettre le rétablissement du réseau informatique dans les meilleurs délais ».

Le secteur public en première ligne

« Les systèmes de sauvegarde et de récupération devraient permettre de limiter les dégâts et récupérer la plupart des données », tient-elle à rassurer. L’enquête a été confiée à la sous-direction de la lutte contre la cybercriminalité de la police nationale.

Mardi dernier, ce sont les systèmes informatiques de la ville de Charleville-Mézières et d’Ardenne Métropole qui étaient visés par une attaque similaire. Selon le média local l’Ardennais, la mairie avait du faire appel à des experts en cybersécurité pour débloquer les systèmes. Le lendemain, la ville ardennaise avait annoncé un retour progressif à la normale.

Si l’épidémie de ransomware touche les systèmes informatiques des collectivités locales tout comme ceux des entreprises, il existe des raisons plus spécifiques pour lesquelles les pirates s’entichent des sites de mairies et communauté d’agglomération.

L’utilisation de systèmes et de logiciels anciens est un problème qui provoque des faiblesses dans ces organisations

Mercredi dernier, Deloitte a publié un rapport intitulé « Ransoming government : What state and local governments can do to break free from ransomware attacks », qui examine comment ces attaques peuvent avoir lieu – et ce que les employés du secteur public devraient faire pour relever le défi des ransomwares. Selon les chercheurs, comme les collectivités locales proposent de plus en plus de services numériques, la surface d’attaque s’est radicalement accrue ces dernières années.

« Il y a quelques décennies, il y avait peut-être quelques ordinateurs dans (ces organisations) », note le rapport. « Chacun de ces ordinateurs est un point d’accès potentiel pour les logiciels malveillants, avec pour conséquence que la surface d’attaque potentielle qu’une collectivité locale doit protéger s’est considérablement accrue sans investissements proportionnels dans la cybersécurité ».

L’utilisation de systèmes et de logiciels anciens, dépassés et inadéquats est un autre problème qui provoque des faiblesses dans ces organisations. Les défaillances dans la gestion des cycles de patchs, les systèmes d’exploitation anciens qui ont dépassé les dates de fin de support, et les budgets serrés empêchant la modernisation et contribuent aux infections par les ransomwares.

Le manque de budget est la principale préoccupation des RSSI de ces organisations

« Pour les organisations publiques nationales et locales qui fonctionnent avec des systèmes anciens, la mise à jour de ces systèmes peut être une bataille redoutable » note Deloitte.

Cependant, l’étude suggère que même si les systèmes anciens peuvent représenter un défi, le facteur humain est le plus grand problème pour le secteur public. Sans personnel qualifié et sans une sensibilisation générale à la cybersécurité, la possibilité que les pirates utilisent les vulnérabilités, le phishing et l’ingénierie sociale pour compromettre les réseaux augmente.

Une enquête menée par la NASCIO et Deloitte montre que le manque de budget est la principale préoccupation des RSSI et responsables de sécurité informatique de ces organisations depuis 2010. Seulement un à deux pour cent du budget informatique moyen de ces organisations est utilisé à des fins de cybersécurité.

Par ailleurs, il s’avère que les collectivités locales paient le plus souvent les preneurs d’otage de leurs systèmes d’information plutôt que d’essayer de restaurer les systèmes par des sauvegardes – si cela est possible – ou de faire face à la possibilité de longues semaines à compter uniquement sur des documents papier. Un exemple cité dans l’étude est celui de la ville de Baltimore, qui a refusé de céder à une demande de rançon de 76 000 $, pour ensuite perdre plus de 18 millions de dollars en frais de recouvrement et en pertes de revenus.

Selon Deloitte, les considérations essentielles des collectivités locales pour lutter contre le risque de ransomware doivent être :

  • Une architecture de systèmes plus intelligente :La modernisation de l’IT ne peut être reportée qu’un certain temps et, compte tenu des dommages financiers que peuvent causer les rançons, il convient d’envisager au plus tôt la réorganisation des anciens systèmes pour prévenir ces attaques.
  • Formation du personnel :La formation et la fidélisation du personnel sont essentielles, tout comme les partenariats entre les secteurs public et privé pour élargir les réserves de talents disponibles.
  • Gestion des correctifs :Deloitte suggère que des pratiques adéquates de gestion des correctifs soient appliquées et que l’on envisage à la fois le cloisonnement des données et les sauvegardes offline.
  • Cyberassurance :Si la cyberassurance peut couvrir le coût des attaques par rançon, son utilisation doit être envisagée avec prudence. Ces politiques peuvent avoir un effet d’entraînement en incitant les pirates à exiger des paiements importants.

 

« La Fonction Risk Manager. Organisation, Méthodes et Positionnement » labellisé par la Fondation Nationale pour l’Enseignement de la Gestion des Entreprises (FNEGE).

Moins d’un an après sa parution, l’ouvrage que j’ai co-écrit avec Nicolas Dufour, RM dans une Mutuelle, a reçu le label 2020 de la FNEGE. Label de qualité et reconnaissance de nos pairs dont nous sommes très fiers.  Nous espérons que cette labellisation vous donnera envie de lire notre ouvrage. FNEGE 2

Toujours dans l’optique d’une démarche pro-active du risque. Orienter la démarche vers les opérationnels.

L’identification du risque et la mise en place de plans d’actions sont des étapes « classiques » de la démarche de gestion des risques. Orienter la démarche vers les opérationnels, les prendre en compte et les sensibiliser au risque est moins fréquent (étape 5 de la démarche de gestion des risques). Cela favorise pourtant une culture d’apprentissage et une pro-activité indispensables à la mise en place d’une démarche globale de gestion des risques. Pour une description de la démarche de gestion des risques en cinq étapes, voir Aubry, 2013 ou Aubry et Dufour, 2019 « La Fonction Risk Manager. Organisation, Méthodes et Positionnement. »

Yann Girard propose de faire des collaborateurs la première ligne de défense de l’entreprise contre la cybercriminalité en les sensibilisant et en les impliquant dans la mise en oeuvre de la démarche.

Cybercriminalité : les collaborateurs, première ligne de défense de l’entreprise

Yann Girard

Chief Information Security Officer / Retail BanksFrance

Le nombre d’entreprises victimes de fraudes cybercriminelles ne cesse d’augmenter, elles sont des cibles privilégiées quelle que soit leur taille. Ainsi près de 80 % des entreprises ont constaté au moins une cyber-attaque en 2017, 77 % sont des petites et moyennes entreprises. Les conséquences, nous le savons, peuvent s’avérer parfois désastreuses.

Si le vecteur d’attaque est d’origine technologique et parfois extrêmement sophistiqué, la participation involontaire des victimes est la plupart du temps nécessaire au succès des opérations frauduleuses. Les cybercriminels s’appuient sur notre méconnaissance des outils, nos biais cognitifs et notre manque de vigilance pour arriver à leurs fins.

 Avant d’être technologique, la réponse à ce problème passe donc avant tout par la sensibilisation de chacun des collaborateurs de l’entreprise.

 Les 4 scénarios d’attaques suivants, fréquemment observés par les équipes de spécialistes antifraude Société Générale, peuvent ainsi être facilement évités si nous développons les bons réflexes :

–       La fraude au président : demande urgente et confidentielle d’un prétendu responsable hiérarchique ou d’une autorité pour effectuer un virement inhabituel en dérogeant exceptionnellement aux procédures internes. Dans un tel cas, une vérification auprès de sa hiérarchie s’impose.

–       Le fournisseur transmettant de nouvelles coordonnées bancaires pour régler sa prochaine facture. La demande est là aussi loin d’être neutre et nécessite un contre-appel à votre fournisseur pour vérifier s’il en est bien l’émetteur, et une vigilance sur la nouvelle domiciliation bancaire.

–       L’appel d’un faux support informatique, pour prendre le contrôle de votre PC à distance afin de réaliser des tests. Objectif : installer un logiciel qui permettra à l’attaquant de commettre des fraudes, voler vos données ou les détruire. Il est donc essentiel de s’assurer de l’identité de l’interlocuteur, et de la légitimité de l’opération.

–       Le troyen bancaire, reçu dans un mail de phishing souvent anxiogène ou promotionnel, qui vous incite à cliquer sur des liens ou des pièces jointes. Encore une fois, le risque est qu’un logiciel malveillant s’infiltre dans votre système d’information. Les mails sont le premier vecteur d’attaques, méfiance donc vis-à-vis des pièces jointes et des liens cliquables.

Ces scénarios d’attaques par ingénierie sociale sont très classiques mais fonctionnent encore malheureusement trop souvent : ils sont détectables et doivent éveiller notre vigilance. D’autant que les impacts peuvent être lourds, entre conséquences financières (jusqu’au redressement ou la liquidation judiciaire), et conséquences sociales et humaines (licenciements…).

D’où l’importance de sensibiliser les collaborateurs avant tout : ils doivent être conscients des menaces potentielles pour anticiper les scénarios d’attaques et protéger l’entreprise.

Identifiez ce qui est vital pour votre business, les collaborateurs les plus susceptibles d’être ciblés (trésoriers, équipes comptables…), et accompagnez- les en conséquence à travers des formations, des simulations, une charte de bonnes pratiques cybersécurité…

Société Générale organise par exemple chaque année ses Cybersecurity Hours, programme de conférences, ateliers pédagogiques et actions de sensibilisation à la Sécurité de l’Information. Elles ont lieu en octobre, pendant le mois européen de la Cybersécurité. Votre banque, dans son rôle de tiers de confiance, reste d’ailleurs un interlocuteur privilégié pour bénéficier de conseils et de recommandations sur ces sujets.

Nous ne pourrons jamais empêcher les fraudeurs d’essayer mais chacun d’entre nous peut leur compliquer la tâche voire déjouer leurs tentatives par des réflexes simples à acquérir et à entretenir. Déployer des solutions de sécurité en entreprise pour se protéger est nécessaire mais cela reste un investissement vain si les collaborateurs ne sont pas sensibilisés.