Actualité du risque – blocage du canal de Suez – Nouvelle illustration de l’élargissement du domaine de risque / de l’importance de suivre une à une les étapes de la démarche de gestion des risques / de la transversalité de la Fonction Risk Manager.

Rappel du blocage du canal de Suez par un porte-conteneurs. Lire article ci-dessous.

Elargissement du domaine de risques

Dresser l’histoire récente de la gestion des risques, nous a permis de mettre en évidence les évènements à l’origine de l’intérêt des entreprises pour la démarche de gestion des risques et de l’émergence de la Fonction Risk Manager.

L’élargissement du domaine du risque est un de ces facteurs : diversité des risques ; nouveaux risques ; nouvelles classifications de risques ; risques potentiels.

Aujourd’hui – si j’avais à écrire une nouvelle édition du notre ouvrage…. – j’insisterais sur l’interdépendance entre ces risques et leur effet domino.

Le canal de Suez bloqué par un porte-conteneurs en est une  illustration : risque supply-chain (logistique) qui va entraîner une hausse des prix des produits transportés (vrac, pétrole, EVP…), une dégradation des trésoreries…

La Gestion des Risques

Dans ce contexte de risques transverse, il me semble essentiel de revenir sur l’étape 2 de la démarche de gestion des risques – l’identification des risques passés, présents et émergents – et son principal outil – la cartographie des risques -.

Nicolas Dufour et moi avons consacré plusieurs pages de notre ouvrage commun à cette étape (p.128-136). https://www.la-librairie-rh.com/livre-entreprise/la-fonction-risk-manager-fris.html

Nous faisions trois remarques liminaires avant de développer les étapes, méthodes et outils.

« (1) En premier lieu, une question récurrente : gérer la cartographie des risques suppose de gérer des classes différentes. La cartographie et les référentiels de risques entourant ces différentes classes constituent-ils de vrais outils d’aide à la décision ? La réponse est oui, mais à la condition d’en faire un outil institutionnalisé et pas à la seule main du Risk Manager, expert du risque, qui gérerait cela en lieu et place des métiers.

(2) Peut-on vraiment suivre tous les risques dans une cartographie ? La réponse est non : une cartographie est souvent une photo à un instant T, elle est souvent lourde à construire, actualiser et faire valider…Car la cartographie des risques est aussi souvent un outil de traçage de constitution d’historique de sujets potentiels ou avérés à suivre dans le temps, nous préconisons davantage de faire une révision annuelle de chaque classe de risques en cartographie mais de suivre de manière dynamique un top 10 ou un top 30 tout au plus des risques prioritaires à piloter dans l’organisation…En somme, savoir prioriser, ne pas vouloir tout traiter, et ne pas rechercher une théorique exhaustivité est encore un premier exercice de lucidité pour le Risk Manager…

(3) Il existe désormais non pas une mais des cartographies des risques !…L’enjeu est donc désormais pour les entreprises de savoir gérer non pas une mais des cartographies de risque, avec des enjeux complémentaires et une véritable exigence de synthèse en vue de pouvoir présenter une cartographie tous risques à la gouvernance de l’entreprise, aussi appelé profil de risque consolidé/profil tous risques.

La Fonction Risk Manager

Nous écrivions également : « La journée du Risk Manager n’est jamais la même, il peut être confronté à des risques Ressources Humaines, à des risques de fraude, à des risques financiers, à des risques projets, à des risques stratégiques ou commerciaux sur lesquels des analyses de risque, expertises sont sollicitées.  Cette diversité rend la fonction passionnante mais montre la difficulté de la tâche.  La Fonction Risk Manager…est sûrement l’une des fonctions les plus transverses de l’entreprise. »

https://www.la-librairie-rh.com/livre-entreprise/la-fonction-risk-manager-fris.html

Le canal de Suez bloqué par un porte-conteneurs d’Evergreen

Publié le 24/03/2021

L’Ever Given, navire de 20 388 EVP et long de 400 mètres, s’est mis en travers du canal le mardi 23 mars au petit matin, bloquant la voie par laquelle transite 10 % du commerce mondial. Dans la matinée du 24 mars, le navire a été sorti du pétrin mais le canal restera bloqué tant qu’il n’aura pas été positionné ailleurs.

« Le porte-conteneurs s’est échoué accidentellement, probablement après avoir été frappé par une rafale de vent », a déclaré un porte-parole d’Evergreen, n° 7 mondial du conteneur. L’incident s’est produit dans la section sud, au km 151, non loin de l’entrée côté mer Rouge, alors que le navire en provenance d’Asie faisait route vers le nord avec Rotterdam comme prochaine escale. Des vents de plus de 50 km par heure et une tempête de sable ont été constatés ce jour-là autour du canal. Le navire s’est retrouvé complètement en travers avec sa proue enfoncée dans la rive est et sa poupe qui touche presque l’autre côté.

Livré en 2018, l’Ever Given appartient à l’armateur japonais Shoei Kisen, fidèle partenaire d’Evergreen qui lui affrète à long terme. Le navire est géré techniquement depuis Hong Kong par l’armateur allemand Bernhardt Schulte shipmanagement.

Déjà de nombreux retards 

Huit remorqueurs de l’Autorité du canal et de Svitzer ont été mobilisés pour essayer de remettre le navire en ordre de marche. Le spécialiste néerlandais Smit salvage a aussi dépêché une équipe sur place. Les autorités égyptiennes ont fermé le canal pour deux jours, ont-elles indiqué le 24 mars même si dans la soirée le transit des navires descendants (vers la mer Rouge) était de nouveau autorisé, avec probablement une attente dans le Grand lac Amer. Les remorqueurs ont réussi à remettre l’Ever Given en meilleure posture en fin de matinée du 24 mars.

Mais là où se trouve le navire, le trafic du canal restera bloqué tant que le porte-conteneurs n’aura pas été déplacé vers un site où il ne gênera pas le passage des convois. Des navires par dizaines sont en attente de pouvoir emprunter le canal de Suez, d’autres ont ralenti pour ne pas y arriver trop vite. Et même si le canal rouvre, il faudra plusieurs jours pour résorber le bouchon alors que la chaîne logistique Asie – Europe est déjà victime de nombreux retards (à lire également dans « le marin » hebdo du 25 mars).

Dans un communiqué destiné à ses clients, le n° 2 mondial du conteneur MSC reconnaît que « les principales compagnies maritimes ont été impactées par le blocage du navire « Ever Given » dans le canal de Suez, un axe majeur pour le commerce international. En tant qu’utilisateur régulier du canal, MSC surveille très attentivement la situation afin de mesurer l’impact sur la circulation de ses conteneurs et de pouvoir envisager des plans d’urgence de sa flotte ou de ses services en cas de besoin. Les clients de MSC dont l’expédition doit transiter par le canal dans les jours à venir doivent se préparer à d’éventuels changements de programme ».

75 incidents en dix ans

L’année dernière, 18 829 navires ont emprunté le canal, selon l’Autorité du canal de Suez (SCA), rapportant à l’Égypte 5,61 milliards de dollars de recettes. Cela représente 51 navires par jour en moyenne. Des échouements se produisent régulièrement mais sont généralement réglés en quelques heures, sans perturber la circulation. Cet incident est le plus grave depuis juillet 2018 quand trois vraquiers et deux porte-conteneurs avaient été mêlés à une collision, interrompant la circulation sur la section sud. Jamais un navire de cette taille ne s’était encore échoué sur le canal en plus de 150 ans de navigation à Suez.

Au total, selon l’assureur Allianz global corporate & speciality, 75 incidents de navigation, dont 25 échouements et 21 pannes de machine, ont été signalés dans le canal au cours de la dernière décennie. Plus d’un tiers (28) impliquaient des porte-conteneurs. Entre 2013 et 2016, il y avait une moyenne de 12 incidents de navigation par an, mais les chiffres ont diminué depuis. La moyenne sur 10 ans est de 8 incidents par an. Une seule perte totale d’un navire a été signalée dans le canal de Suez au cours de la dernière décennie, en 2010. La perte totale dans le canal de Suez était un cargo appelé Maryam qui a coulé après avoir chargé du bitume.

Le hasard fait qu’un autre incident s’est produit aussi le même jour, dans le golfe de Suez. En cause cette fois, selon l’agence russe Interfax, une collision entre un pétrolier militaire russe de la flotte baltique, le Kola, qui revenait d’un exercice au Soudan, et un vraquier de 47 000 tpl sous pavillon de la Barbade, l’Ark Royal.

Thibaud TEILLARD