COMMUNICATION DE CRISE : QUELLES LECONS TIRER DE L’ACTUALITE ?

C’est comme souvent l’actualité qui a guidé le choix de ma thématique pour les posts à venir.

BALANCIAGA
Après avoir posté une campagne publicitaire de Noël mettant en scène des enfants sur le thème du « bondage », la marque Balenciaga a fait polémique sur les réseaux sociaux.
Hier soir, la marque de luxe s’est excusée tout en incriminant son agence de communication.
En crise, il est clé de prendre ses responsabilités – rejeter la faute sur des tiers peut avoir pour effet d’exacerber la crise. La preuve en est : aujourd’hui Balenciaga a supprimé la totalité de ses posts instagram face à la crise.

Comme le rappelle E.Hervé : « C’est pas de ma faute » en crise : un des sept péchés capitaux ! 

Vous trouverez dans les posts à venir :

  • Des liens vers des posts déjà écrits sur ce sujet et disponibles sur le blog

L’impact d’une dégradation de la réputation sur la valorisation boursière organisation 

L’importance de l’anticipation et des exemples de plans d’actions pour mieux gérer les crises

La (non)communication de crise de Nike

  • Des indications de lecture dans notre ouvrage

« RISK MANAGEMENT. ORGANISATION ET POSITIONNEMENT DE LA FONCTION RISK MANAGER. METHODES DE GESTION DES RISQUES. » https://librairie.gereso.com/livre-entreprise/risk-management-fris2.html

  1. Risque de réputation : p.38-40
  2. Amplification du risque par les médias et exemples d’affaires médiatisées : p.65-72
  3. (Non) communication de crise de Nike : p. 80-84
  4. Méthodes et outils face à l’urgence : gestion de crise : p.190-213
  • Des ressources pour adopter les outils d’une bonne communication de crise à travers :
  1. Un article passionnant sur les leçons à tirer de la crise Buitoni et Kinder
  2. Un article sur les solutions pour rétablir la réputation du PSG suite à l’affaire du « char à voile »
  3. L’interview par E. Hervé du directeur de la communication de Bouygues sur sa vision de la communication en temps de crise
  4. La proposition d’une autre forme de communication.

(1) Scandales alimentaires Kinder & Buitoni : quelles leçons tirer pour la communication de crise ?

Enseignement n°1 : Jouer cartes sur table plutôt qu’ergoter

Très rapidement, les industriels vont accumuler des couacs de communication et se voir alors battus en brèche dans leurs annonces par les autorités sanitaires. Le 7 avril, Ferrero publie un deuxième communiqué qui précise que d’autres bonbons Kinder produits à Arlon rejoignent la liste des produits retirés du marché. Du bout des lèvres, la marque admet qu’elle avait identifié la présence de salmonelles sur son site industriel le 15 décembre 2021 et qu’elle avait pris des mesures correctrices. Elle se félicite enfin de sa collaboration avec les autorités de sécurité alimentaire et de santé publique.

Ces dernières n’ont pourtant visiblement pas la même lecture quant à la volonté de l’industriel de circonscrire le problème. Dès le lendemain, l’agence de sécurité alimentaire belge (AFSCA) choisit d’employer la manière forte : l’arrêt de la production de l’usine à l’origine de contaminations à la salmonellose. En guise d’explications, elle ajoute : « Après investigations (…) et suite aux constats de ces dernières heures que les infos fournies par Ferrero sont incomplètes, l’Agence procède aujourd’hui au retrait d’autorisation de l’usine de production de Ferrero d’Arlon » tout en soulignant qu’un lien entre les centaines d’intoxications en Europe et l’usine avait été établi fin mars.

De l’autre côté de la frontière à Caudry, la pression augmente également sur l’usine suspectée. Les 22 et 29 mars, la direction départementale de la protection de la population effectue deux inspections dans les locaux et formule son constat : « de nombreuses anomalies graves en matière de nettoyage et d’entretien général des locaux et matériels (…) la présence de rongeurs au niveau de l’atelier boulangerie ». Dans l’intervalle, une enquête préliminaire pour « homicides involontaires, tromperie et mise en danger d’autrui » est ouverte et confiée au parquet de Paris tandis qu’en interne, d’anciens salariés du site et des représentants syndicaux commencent à grogner et dénoncer la non-prise en compte d’alertes récentes comme notamment celle émise par la DGCCRF avec un avertissement prononcé en septembre 2020 et une contre-visite en mars 2021 soulignant « des corrections sur certains points mais pas sur d’autres ».

Du côté de Nestlé, la maison-mère de Buitoni, la ligne de communication est minimaliste. Le géant suisse se retranche derrière la procédure judiciaire en cours pour éviter de communiquer : « Il s’agit d’une étape qui s’inscrit dans le cadre de l’enquête. Nous continuons à coopérer pleinement avec les autorités pour en assurer le bon déroulement. A ce stade, nous ne sommes pas en mesure de partager plus d’informations. Nous souhaitons réaffirmer que la sécurité et la qualité de nos produits sont nos premières priorités ».

Seule concession communicante le 30 mars : la mise en ligne d’une vidéo de Jérôme Jaton, directeur général industriel de Nestlé France qui répond depuis le site de Caudry à différentes questions relatives à la crise en cours. L’effort est louable mais les réponses quelque peu lapidaires. A la question « à votre connaissance, quels sont les dangers de cette contamination pour la santé ? », il répond embarrassé : « Je ne suis pas médecin mais clairement, la bactérie E-Coli, c’est quelque chose qu’on n’aime pas et c’est pour ça qu’on les traite au sein de l’usine ». Et le reste de la vidéo est du même tonneau !

Enseignement n°2 : Toujours traiter les signaux faibles avant qu’ils n’empirent

A peine le directeur industriel de Nestlé France a-t-il fait part de ses commentaires que dès le lendemain, un lanceur d’alerte anonyme met en ligne des clichés embarrassants des lignes de fabrication de pizzas à Caudry. Les photos dévoilées sont particulièrement indigestes avec notamment des vers dans la farine utilisée pour confectionner les pizzas ou encore le sol jonché de déchets alimentaires épars. Le directeur général de la communication de Nestlé France, Pierre-Alexandre Teulié reconnaît à l’AFP que les visuels ont bien été pris dans l’usine mais qu’elles ne correspondent plus à la réalité actuelle.

Pourtant, un premier signal faible s’était produit le 11 mai 2021 sur le site Web altermondialiste Mr Mondialisation. Ce jour-là, un long reportage est publié sur l’état lamentable des conditions sanitaires et hygiéniques de l’usine de Caudry, photos peu ragoûtantes à l’appui (voir ci-dessous). Il est assez difficile d’imaginer cet article détaillée ait pu échapper au dispositif de veille de l’industriel helvétique tant les noms de Nestlé et Buitoni sont rabâchés au fil des lignes.

Ce site connaît en tout cas aussitôt une deuxième vie le 31 mars 2022 à une heure de grande écoute sur la radio RMC Info. L’ancien employé de l’usine à l’origine des photos, témoigne de nouveau sur les conditions d’hygiène apocalyptiques qui régnaient dans l’usine et dit avoir prévenu la direction à l’époque. Quelque temps plus tard, un reportage revient sur le sujet dans le magazine Marianne (ainsi que dans la presse locale) tandis qu’une ancienne directrice de la communication de Nestlé France témoigne à charge dans Le Journal du Dimanche. Le 1er avril, le préfet du Nord prend un arrêté interdisant la production de pizzas dans l’usine de Caudry en soulignant que les reprises d’activité « seront conditionnées à la mise en conformité de l’usine vis-à-vis de ses obligations en termes d’hygiène alimentaire » et « de contrôles et de maîtrise des risques microbiologiques »

Enseignement n°3 : Déminer les potentielles crises adjacentes

Médiatiquement mises sur le grill, les deux entreprises vont pourtant commettre quelques boulettes qui vont faire mauvaise genre et contribuer à faire se déchaîner un peu plus les réseaux sociaux. Le 22avril, les parents d’une fillette contaminée par la bactérie E.coli après avoir consommé une pizza Buitoni ont reçu un bon d’achat de 20 euros de la marque. Et la maman de préciser à l’AFP que la veille, c’est le service consommateurs qui l’avait appelée au sujet du dossier médical de sa fille. La mère outrée déclenche alors une nouvelle polémique qui contraint l’entreprise à s’excuser platement  : « Cela n’aurait pas dû être fait et nous tenons à présenter nos plus sincères excuses à cette consommatrice qui a pu être heurtée par la réception de ces bons d’achat. Nous allons veiller à ce que cela ne se reproduise pas ».

La même mésaventure est survenue chez Kinder comme le confessera ultérieurement le directeur général de Ferrero France, Nicolas Neykov. Les parents d’un enfant malade s’étaient vu remettre un bon d’achat de 3 euros par la marque. En revanche, la colère des consommateurs va plutôt se cristalliser autour du centre d’appels mis en place par Ferrero. Le numéro dédié est engorgé pendant plusieurs jours rendant impossible les demandes de dédommagement. Un mois plus tard, la situation est fort heureusement revenue à la normale selon le DG France. En situation de crise, ces détails prennent toutefois une importance démesurée. Chaque petit raté active des polémiques qui viennent encore plus écorner la réputation de la marque et de l’entreprise. D’où l’importance de calibrer à dessein les dispositifs, soit en boostant les capacités du service consommateurs, soit en déconnectant toutes les autres opérations marketing en cours ou programmées pour éviter de fâcheuses collisions d’image.

Blog Olivier Cimelières

Carton vert ou carton rouge : la réputation du PSG se fait tacler. Quelles solutions ?

Cela devait être une conférence de presse sportive entièrement dédiée à la prestigieuse affiche Paris Saint-Germain contre Juventus de Turin dans le cadre de la Ligue des Champions. Il n’en fut rien. Un journaliste trublion de LCI est venu glisser une question extra-sportive autour du fait que la formation parisienne n’effectuait jamais ses déplacements en train. Aussitôt s’emballe une véhémente polémique clouant au pilori le coach sportif du PSG, Christophe Galtier et l’attaquant vedette Kylian Mbappé pour les réponses à côté de la plaque. Analyse de cette séquence médiatique et des possibles sorties de crise pour la réputation du PSG.

Lundi 5 septembre. La conférence de presse du PSG à 24 heures de son match contre la Juve bat son plein. Soudain, Paul Larrouturou, journaliste à LCI et connu pour ses questions souvent espiègles, prend le micro et interpelle Christophe Galtier. Il lui demande alors si le train fera un jour partie des modes de transport des joueurs de la capitale. Long silence puis Kylian Mbappé s’esclaffe. Goguenard, il laisse son entraîneur répondre. Lequel reprend son sérieux et lâche ironique : « La société qui organise nos déplacements est en train de regarder si on ne peut pas se déplacer en char à voile » ! Gros blanc dans la salle où le journaliste relance le n°7 parisien sur l’usage des jets privés qui avoue ne rien en penser et se lève dans la foulée. La machine à claques et à buzz est aussitôt lancée sur les réseaux sociaux et les chaînes d’information continue.

Un terreau médiatique inflammable et prévisible

Christophe Galtier a beau jeu de dire qu’il s’attendait précisément à cette question piégeuse. Il s’est trompé de tactique de communication. Sa saillie moqueuse a engendré une belle pagaille digitalo-médiatique. S’il pensait désarçonner le journaliste et couper court à la controverse, c’est totalement à côté du but. Or, une simple veille médiatique laissait déjà penser que le sujet soulevé par le reporter de LCI était de ceux qui s’enflamment à la moindre occasion. Pour s’en convaincre, il suffit de se remémorer quelques escarmouches significatives récentes pour comprendre que la mobilité d’une équipe sportive n’est plus un épiphénomène négligeable mais un point crucial de son image globale.

Début juillet 2022, Karim Benzema, l’attaquant français du Real Madrid s’était ainsi fait démolir par les internautes à cause de sa vidéo bling-bling mettant en scène des voitures de luxe, un jet privé et un jet-ski sur fond ensoleillé de Dubaï, cité de tous les excès environnementaux en la matière. Fondateur du média Bon Pote très engagé sur la question de l’environnement, Thomas Wagner assène (1) : « Ce clip, c’est un best of de ce qu’il ne faudrait plus faire. Le simple aller-retour entre Miami et Madrid en jet privé, c’est beaucoup plus que ce qu’une personne devrait émettre par an pour limiter le réchauffement climatique ».

Rebelote quelques jours plus tard sur les réseaux sociaux avec la vidéo d’un journaliste qui attend la sortie du conseil des Ministres dans la cour officielle du palais de l’Elysée. Smartphone en main, il filme les rutilantes berlines stationnées dont le moteur tourne afin de maintenir une température agréable à l’intérieur de l’habitacle. Alors même que le gouvernement venait d’appeler les citoyens français à la sobriété énergétique, l’image fait tache. Le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, désamorce habilement en reconnaissant la faute et invite les journalistes à ne pas baisser leur vigilance sur la question.

C’était sans compter le cliché embarrassant du président de la République chevauchant un puissant scooter des mers durant ses vacances estivales au fort de Brégançon. Publiée à la Une du magazine people Voici, la photo embrasse à nouveau les réseaux sociaux et le microcosme politique, notamment chez les élus écologistes qui voient, telle Sandrine Rousseau, une (2) « impression persistante qu’il ne comprend pas le réchauffement climatique. Et aujourd’hui il est criminel de ne pas le comprendre ». Enfin, pour parfaire ce décor chauffé à blanc, on peut ajouter fin août la polémique des jets privés où milliardaires, hommes d’affaires et célébrités sont sévèrement épinglés pour le recours permanent et dispendieux aux avions privés nettement plus polluants que des voitures et des trains.

PSG, un bouc émissaire idoine

Dans pareil contexte, il semblait assez évident que le PSG apparaissait de facto comme une potentielle cible controversée de choix. En effet, l’immense majorité des clubs de football privilégie depuis des lustres l’avion à tout autre moyen de transport pour effectuer les déplacements en terrain adverse. La Ligue française de football (LFP) a d’ailleurs fait état de statistiques significatives pour la saison 2019/2020 (3) : 65% des trajets des équipes de Ligue 1 et Ligue 2 ont été accomplis en avion. 31% sont assurés par bus et 4% par train. De fait, le PSG ne déroge pas aux comportements communément observés. Mais en termes de perception, il est différent des autres.

En effet, Paris Saint-Germain est un club à l’image assurément clivante. Pour les amateurs férus de ballon rond, il s’agit d’un club que l’on adule ou que l’on hait mais qui ne laisse jamais indifférent tant sa puissance actuellement exercée sur le football français est quasiment sans partage. A cela s’ajoute également le fait que le PSG incarne la capitale d’un pays encore tiraillé par son éternelle dichotomie entre Paris et la Province. Enfin, le club aux 10 titres de champion de France est détenu depuis 2011 par Qatar Sports Investments (QSI), une société financière émanant de l’émirat qatari. Lequel est particulièrement chahuté au sujet de la Coupe du Monde 2022 qui se tient sur son territoire en fin d’année et qui est vue comme une gabegie environnementale et sociale scandaleuse.

Malgré des dossiers et des réflexions déjà engagés en matière de responsabilité sociétale et environnementale (RSE) par le club de la capitale et du fait de ces différents critères d’image, PSG s’impose plus volontiers dans l’opinion publique comme un ogre sportif ultra-riche et peu soucieux du reste (et donc de l’environnement) en dehors des compétitions sportives. La boulette de Christophe Galtier et le rire nerveux de Kylian Mbappé ont alors servi de gâchette à ce cocktail réputationnel explosif. Imaginons un instant la même petite phrase grinçante prononcée par Guy Roux, l’ex-entraîneur emblématique et très populaire de l’A.J Auxerre. Il est fort à parier que la polémique n’aurait jamais acquis une telle ampleur tant le madré coach incarne un bon petit club de terroir à la belle histoire sportive

Un engrenage irréversible

A la lumière de ce contexte, il n’est donc guère surprenant que le tweet taquin d’Alain Krakovitch, directeur de SNCF-Intercités ait fait florès. Le twittos avait en effet choisi du newsjacking sur un précédent tweet du PSG montrant le défenseur parisien Marquinhos s’amusant comme un fou dans le jet le conduisant à Nantes pour une rencontre du championnat de France. Avec pratiquement 19000 cœurs et près de 2800 partages, la proposition de mettre des trains à disposition du PSG ne pouvait pas passer inaperçue.

Ensuite, la réponse sarcastique de Christophe Galtier a envenimé le débat et excité les ardeurs de tous les détracteurs. Sur les réseaux sociaux, le ton a oscillé entre effarement presque surjoué et humour vachard au point de voir des mèmes de Kylian Mbappé écroulé de rire circuler un peu partout. Côté politique en revanche, ce fut la curée depuis la ministre des Sports en titre, Amélie Oudéa-Castera jusqu’à la maire de Paris, Anne Hidalgo en passant bien évidemment par les incontournables politiciens écologistes qui ont trouvé là un grain à moudre bénit. A tel point que le groupe vert du Sénat envisage de déposer une proposition de loi « PSG » !

Redevenir audible et crédible

La direction du PSG a pourtant tenté d’atténuer le feu des critiques en incitant son coach à présenter ses regrets et en rappelant que l’avion n’était pas une règle d’airain puisque le match récemment joué à Lille avait été fait en autocar. Elle a même expliqué que l’équipe féminine recourait au train du fait des horaires et des calendriers de matchs plus compatibles avec ceux de la SNCF. Mais, rien n’y fait. Paris Saint-Germain est devenu inaudible tant il est pointé du doigt comme le symbole honni de l’inconséquence environnementale.

Comme bien souvent avec les buzz épileptiques des réseaux sociaux, l’agitation a commencé à vite retomber, notamment grâce à la victoire du PSG sur la Juventus 2 buts à 1. L’agenda médiatique a comme à son habitude embrayé sur les exploits de Mbappé durant la rencontre et oublié ses éclats de rire de la conférence de presse. Pour autant, il serait périlleux d’imaginer que tout va rentrer dans l’ordre comme auparavant. Même si le barnum digitalo-médiatique est passé à autre chose, Paris Saint-Germain va être de toute évidence scruté à la loupe lors de ses prochains déplacements à l’extérieur. Le 18 septembre prochain, l’équipe doit se rendre à Lyon pour y affronter l’Olympique Lyonnais. La capitale des Gaules étant à 2 heures de Paris en TGV, il n’est pas interdit de penser que les associations écologistes tenteront de rallumer la mèche si le club parisien préfère un jet à la SNCF.

Du concret à court et moyen terme

Ensuite, le club doit se désembourber de l’ornière réputationnelle dans laquelle il est tombé. Une option possible passe par donner des premiers signes concrets que les choses bougent au sein du PSG. Cela peut être par exemple par la « mise sous pression » de la SNCF en l’exhortant à fournir des offres de services réellement adaptées et compatibles avec les contraintes d’horaires, de sécurité et de budget d’une équipe comme Paris Saint-Germain et pas seulement des effets de manche à la faveur d’un tweet. Ceci d’autant plus que la compagnie ferroviaire et le club de football avaient déjà pris langue avant le pataquès de la conférence de presse.

D’autres pistes peuvent être également activées comme celle suggérée par Valérie Masson-Delmotte, la coprésidente du groupe 1 du Giec et membre du Haut Conseil pour le Climat sur France. Dans une interview accordée à France Inter, elle estimait que Kylian Mbappé serait (4) « un excellent ambassadeur pour le climat […] Et il y a plein de scientifiques qui seraient ravis d’aller échanger avec les footballeurs au PSG et ailleurs pour susciter leurs actions et partager des connaissances ». Une hypothèse loin d’être farfelue d’autant que le footballeur dispose déjà d’une association.

Enfin, à moyen terme, il serait bénéfique que Paris Saint-Germain active une ambitieuse stratégie RSE qui engloberait par exemple une consommation vertueuse d’eau pour les pelouses, des usages énergétiques optimisés pour l’éclairage du stade et place son futur nouveau d’entraînement à Poissy comme vitrine concrète de ses actions. En y associant pourquoi pas des ONG écologistes. Le football n’est-il pas après tout un sport collectif ?

Blog Olivier Cimelières

Publicité

Une réflexion sur « COMMUNICATION DE CRISE : QUELLES LECONS TIRER DE L’ACTUALITE ? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s