Archives pour la catégorie assurances

ASSURANCES&RISQUES. Quelles solutions pour faire face aux tensions du marché ? La gestion des risques transversale et le Risk Manager sont au premier plan.

Nous proposons depuis mardi dernier (16 mars) des pistes de solutions. Pour compléter la lecture des deux articles, je vous propose d’écouter en suivant le lien ci-dessous la table ronde de l’AMRAE intitulée  « Quels financements des risques par le marché de l’assurance, intégrant le risk management ? » Avec Cécile DESJARDINS, Frédéric DHERS (SCOR), Stéphane YVON (EDF), Etienne CHARPENTIER (SIACI), François BEAUME (AMRAE, Sonepar)

Cette table ronde, à vocation pédagogique, rappelle les différentes techniques de financement des risques par le marché.

  • Comment intégrer le Risk Management au plan de financement des risques ?
  • Comment utiliser le marché de l’assurance pour couvrir une partie des risques ?
  • Comment effectuer ce partage des risques entre l’entreprise et l’assureur : entre sinistres de fréquence et sinistres CAT, quel est le bon niveau de financement du risque à transférer aux assureurs, dans une logique de résilience individuelle et de maitrise des primes ?
  • Quelle intervention de l’assurance pour les grands groupes ?
  • Le dispositif de la captive permet-il d’optimiser les négociations des programmes ?

Les intervenants terminent en mettant au premier plan :

  • La démarche de gestion des risques transversale qui est la meilleure solution ;
  • Le Risk Manager qui en est l’acteur principal : « un RM très bien connecté dans les entreprises » ; celui qui a la « meilleure connaissance des risques » ; « qui a un réseau maillé dans l’entreprise. »

Lien vers la conférence : https://youtu.be/2ai4FtbFgXk

C’est ce que nous développons également dans notre ouvrage.

Lien vers l’ouvrage : https://www.la-librairie-rh.com/livre-entreprise/la-fonction-risk-manager-fris.html

ASSURANCES & RISQUES. MARCHE DES ASSURANCES. CYBERRISQUE et assurances.

Mardi dernier (2 mars) nous avons analysé à travers deux articles le point de vue des entreprises d’assurances. Nous analysons aujourd’hui le marché de l’assurance et illustrons ses tensions à travers l’exemple du Cyberrisque.

Lecture complémentaire / assureurs-nouveaux risques-risque au cœur de la réflexion organisationnelle des entreprises Chapitre 1, p.29-46 : https://www.la-librairie-rh.com/livre-entreprise/la-fonction-risk-manager-fris.html

Les prix s’enflamment dans l’assurance de risques industriels

Après quinze ans de calme plat, les prix sur le marché de l’assurance des risques industriels repartent à la hausse.

Après quinze ans de calme plat, le marché de l’assurance des risques industriels est en train de s’enflammer. Selon plusieurs acteurs, les prix connaissent depuis l’an dernier une remontée spectaculaire sur fond d’augmentation des coûts des sinistres, de baisse de capacités et de pression réglementaire.

« Depuis 2003, le marché de l’assurance industrielle était favorable au client, constate Laurent Belhout, directeur général de la filiale française du courtier américain AON. Mais depuis l’année dernière, il y a un tournant : on constate des hausses de plus de 10 % sur les risques industriels. »

L’assureur Zurich se prépare même à des hausses de prix de 20 à 40 % contre les risques d’interruption d’activités, d’incendie ou de cyberattaque. « La dernière fois que ce genre de marché a vraiment existé, c’était en 2002 », a déclaré mardi, à Bloomberg, James Shea, responsable de l’assurance commerciale chez Zurich.

Ce mouvement met fin à une période durant laquelle les primes d’assurance de grands risques avaient baissé de 40 %, après 2003. Une réaction elle-même liée à la flambée de 80 % qui avait eu lieu dans les deux ans après les attentats du 11 septembre 2001 . Mais aussi à la nouvelle donne du marché, marqué par une abondance d’offre.

« Surtout depuis la crise financière, une foultitude de capitaux sont venus financer l’assurance et la réassurance, créant des capacités supplémentaires et alimentant la compétition entre les acteurs », explique Brigitte Bouquot, présidente de l’Association pour le management des risques et des assurances de l’entreprise (AMRAE).

Mais ces derniers mois, les assureurs comme AXA XL ou Allianz ont changé d’attitude sous la pression de deux facteurs, explique-t-elle. Premièrement, les catastrophes naturelles, incendies et autres incidents , couplés à la judiciarisation des affaires (« class actions »…) ont renchéri le coût des dommages portés par les assureurs.

Deuxièmement, les nouvelles règles prudentielles de Solvabilité II ont obligé les assureurs à mettre plus de capital pour couvrir les risques au moment où ceux-ci se trouvent confrontés à l’interdépendance croissante de la mondialisation. Face à des scénarios systémiques sur lesquels ils n’ont pas forcément de données, ils sont plus frileux.

Thibaut Madelin. Janv. 2020.

Cyberrisque : la grande peur des assureurs

Le risque cyber est devenu la première menace des entreprises dans le monde, selon le baromètre Allianz. Les assureurs traînent des pieds pour couvrir ce nouveau risque systémique

Le risqu courtiers, selon le baromètre Allianz Global. (Photo Getty

Pour les dirigeants de Travelex, le premier réseau mondial de bureaux de change, le réveillon a dû être pénible. Le 31 décembre, des pirates ont injecté dans ses serveurs le virus informatique Sodinokibi et demandé une rançon ou menacé de publier des données privées de milliers de clients. Selon les médias, ils ont réclamé jusqu’à 6 millions de dollars. La société britannique dit avoir réussi à empêcher la propagation du virus, mais la révélation de l’attaque a fait chuter son cours de près de 17 % le 8 janvier.

Après l’attaque sur la banque américaine Capital One , qui s’est fait voler les données de 106 millions de clients l’été dernier, le cas Travelex illustre la montée des incidents cyber. Ceux-ci figurent pour la première fois en tête du baromètre annuel des risques qu’Allianz publie ce mardi (2700 experts du risque interrogés dans une centaine de pays). « Les incidents cyber et le changement climatique sont deux grands défis que les entreprises devront surveiller étroitement dans cette nouvelle décennie », annonce Joachim Müller, directeur général d’Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS).

Mais alors que les risques cyber augmentent, les assureurs traînent des pieds. En France, Allianz constate ainsi une réduction des capacités disponibles par assureur et un début de hausse des primes. « C’est tout le paradoxe, regrette Léopold Larios de Piña, pilote de l’Observatoire des primes et assurances de l’AMRAE, l’Association pour le management des risques et des assurances de l’entreprise. Pendant dix ans, les assureurs ont voulu vendre des assurances cyber et au moment où les clients sont prêts à souscrire, ils commencent à voir les sinistres et excluent les risques à traiter. »

Des garanties en baisse

Selon l’association, alors que les assureurs étaient prêts à prendre un France un engagement de garanties de 25 à 30 millions auprès d’un client, ils ont limité leur engagement de moitié dans les derniers contrats. « Nous sommes passés d’une période où les assureurs se frottaient les mains face aux nouveaux risques à une période où ils sont plus frileux », déclare Brigitte Bouquot, présidente de l’AMRAE et administratrice des filiales d’assurance de Thales. S’il y a un choc, ce sont les entreprises qui devront le porter sur leur bilan. »

En 2017, Saint-Gobain a ainsi perdu 220 millions d’euros de chiffre d’affaires après la cyberattaque NotPetya. L’industriel n’était pas assuré contre ce risque précis et a revu depuis sa politique. Mais ceux qui l’étaient ont aussi gardé un goût amer. Attaqué par le même « ransomware » , le cabinet d’avocats américain DLA Piper a poursuivi son assureur, Hiscox, qui a refusé de payer le sinistre. Le géant de l’agroalimentaire Mondelez est lui aussi en litige avec son assureur, Zurich, qui refuse d’indemniser 100 millions de dollars de pertes et de dommages (se retranchant derrière le fait que l’attaque aurait été menée par un Etat, la Russie).

Or le risque ne cesse de croître. Selon IBM, une violation majeure de données, portant sur plus d’un million d’enregistrements compromis, coûte en moyenne 42 millions de dollars, soit 8 % de plus que l’année précédente. Les assureurs sont en train de prendre conscience de la dimension systémique du risque cyber. « C’est vraiment un risque global, plus encore que le nucléaire car, dans le cyber, la catastrophe est partout », témoigne le patron d’un grand groupe d’assurance.

Prévention

Du coup, les assureurs se trouvent au milieu du gué. « Le cyberrisque était largement garanti dans les contrats globaux de responsabilité civile (RC), indique Laurent Belhout, directeur général du courtier AON en France. Les assureurs vont l’exclure de la RC » et le traiter de façon autonome.

Dans l’immédiat, certains risques ne sont pas couverts car difficiles à qualifier. Par exemple : dans le cas d’une fraude sur paiement par carte dans l’avion, l’assureur pourrait le classer dans le risque aéronautique (si le paiement a lieu dans les airs) ou cyber (pour un paiement au sol), voire en responsabilité civile.

Ils mettent aussi l’accent sur la prévention. « L’assurance a un rôle vital à jouer pour aider les entreprises si toutes les autres mesures sont insuffisantes, mais ça ne doit pas remplacer la gestion stratégique du risque », insiste Marek Stanislawski, directeur mondial adjoint du risque cyber chez AGCS. De son côté, AXA XL va lancer avec Accenture un service de conseil aux entreprises sur la menace cyber. Pour Brigitte Bouquot, cela ne suffira pas. « Les assureurs doivent dire ce qu’ils veulent faire de ce nouveau risque », dit-elle.

Thibaut Madelin. Janv. 2020

ASSURANCES & RISQUES. Marché des Assurances et point de vue des entreprises d’assurances.

En septembre 2019, j’écrivais sur ce blog (voir Archives du blog ou Moteur de recherche) : « La problématique Assurances et Cyber risques qui fait l’objet de nombreux articles dans la presse me fait penser aux difficultés rencontrées face à ce que l’on appelait les nouveaux risques (1990-2003).  D’un côté, les compagnies d’assurances étaient plus réticentes à prendre en charge les risques industriels et les nouveaux risques, notamment de réputation. De l’autre les grandes entreprises à l’égard des compagnies d’assurances préféraient gérer elles-mêmes leurs risques. Cette nouvelle logique de transfert du risque a été l’un des points d’ancrage historique de la gestion des risques.  Dans notre ouvrage sur la Fonction Risk Manager, Nicolas Dufour et moi-même reprenons les propos d’un Risk Manager qui me disait : « Il existe un trou énorme entre la protection incendie proposée par les compagnies d’assurances et ce dont nous avons besoin… Quand je suis arrivé dans l’entreprise (1994), je me suis aperçu que l’objectif est la sauvegarde de l’outil de production… La perte d’exploitation est énorme, jusqu’à X millions d’euros, on achète une assurance incendie. Au-delà on achète de quoi remettre la machine en route. »  https://www.la-librairie-rh.com/livre-entreprise/la-fonction-risk-manager-fris.html

N’en est-il pas de même en mars 2021 ?

Le sujet est toujours d’actualité, devenu conflictuel voire douloureux pendant la crise de la Covid-19. Les articles du mois de mars seront consacrés à ce sujet.

  • Nous commencerons aujourd’hui par présenter le point de vue des entreprises d’assurances. Retour sur les fondamentaux : risque assurable, appétit au risque.
  • Nous l’illustrerons la semaine prochaine via l’exemple du Cyberrisque et analyserons le marché des assurances.
  • Nous proposerons dans la deuxième quinzaine de mars des conseils et pistes de solutions : quelles solutions pour faire face à cette situation ? La gestion des risques transversale et le Risk Manager sont au premier plan. 

Opinion. Pourquoi le risque pandémique n’est pas assurable

Une pandémie entraîne par nature un cumul potentiel des sinistres tel qu’ils ne sont tout simplement plus absorbables par les compagnies d’assurances, écrit Denis Kessler. L’évaluation du risque est en outre rendue impossible par la diversité des réactions des pouvoirs publics dans les différents pays.

«Les décisions administratives ou politiques de fermeture de certains établissements sont non modélisables (…) ce qui rend l’évaluation du risque impossible». (Sébastien Bozon/AFP)

La crise sanitaire a mis le sujet de l’assurance des pertes d’exploitation des entreprises en situation de pandémie sous le feu des projecteurs. Selon certains, les assureurs, en ne proposant pas de protection contre ce risque, feraient preuve de « mauvaise volonté ». Cette affirmation est ubuesque. C’est en assurant que les assureurs créent de la valeur ! Si le marché de l’assurance ne propose pas de telle protection, c’est pour des raisons de fond qui tiennent à la nature même du risque. De fait, les conséquences économiques d’une pandémie sont non assurables.

Premièrement, alors que l’une des conditions de l’assurabilité, qui repose sur la mutualisation des risques, est que tous les sinistres ne se produisent pas en même temps, le risque de pertes d’exploitation en cas de pandémie est sériel : quasiment tous les agents économiques sont touchés simultanément. Cela découle de la portée régionale et même souvent nationale des mesures prises par les pouvoirs publics – confinements, couvre-feux, fermetures administratives… – qui affectent des pans entiers de l’économie. Les assureurs n’ont pas la capacité d’absorber un tel cumul de sinistres. Ce caractère sériel est d’autant plus marqué que, le risque pandémique étant global, il ne connaît pas les frontières. La diversification géographique des portefeuilles de risques est inopérante et aggrave le cumul de sinistralité pour les (ré)assureurs globaux. L’exposition peut atteindre plusieurs points du PIB mondial.

Deuxièmement, le risque de pertes d’exploitation liées à une pandémie, plutôt que d’obéir à des « lois de la nature », est largement non modélisable et endogène. Il dépend très largement des mesures spécifiques mises en oeuvre par les pouvoirs publics pour enrayer la diffusion du virus. Les pertes d’exploitation subies par les entreprises sont principalement consécutives à ces mesures qui in fine ont limité ou arrêté l’activité. Or ces décisions administratives ou politiques sont non modélisables. Le fait que les mesures prises face à la pandémie de Covid-19 sont très différentes d’un pays à l’autre – alors que ces derniers sont confrontés à des situations similaires ! – en atteste. Cette incertitude radicale et irréductible rend l’évaluation du risque et le calcul de la prime d’assurance impossibles.

Antisélection et aléa moral

Troisièmement, la dernière raison de non-assurabilité de ce risque tient à de possibles phénomènes d’antisélection et d’aléa moral. L’antisélection est l’effet par lequel seuls les agents économiques les plus exposés s’assurent, ce qui réduit l’effet de mutualisation. En l’espèce, seules les entreprises des secteurs les plus touchés – hôtellerie, restauration, tourisme… – achèteraient une protection (sauf à ce qu’elle soit obligatoire, ce qui poserait des questions d’acceptabilité). Celles appartenant à un secteur épargné – par exemple l’e-commerce – n’auraient aucun intérêt à s’assurer. L’aléa moral est l’effet par lequel le risque est augmenté par une modification du comportement des agents économiques dès lors qu’une assurance joue le rôle de filet de protection. En l’espèce, la couverture du coût du confinement par des tiers (les assureurs) créerait un problème d’aléa moral manifeste au niveau des pouvoirs publics, qui n’assumeraient plus le coût économique des décisions qu’ils prennent alors même qu’ils décident des voies et moyens pour faire face à la crise sanitaire et qu’ils sont in fine responsables de sa gestion ! Une telle situation pourrait inciter les pouvoirs publics à mettre en oeuvre des mesures plus coûteuses économiquement…

Les garanties pertes d’exploitation figurant dans les contrats d’assurance sont dans la quasi-totalité des cas liées à des dommages matériels, par exemple en cas d’incendie. Les conditions d’assurabilité sont alors réunies : les sinistres ne se produisent pas tous en même temps, le risque est largement exogène et modélisable, l’antisélection et l’aléa moral sont contenus. Dans de rares cas, des contrats ont pu prévoir clairement la couverture des pertes d’exploitation en cas de pandémie. Pour ces contrats, qu’il n’y ait pas d’ambiguïté : il faut les honorer. Si les contrats sont imprécis ou ambigus, il faut que le juge ou le médiateur tranche.

Le risque de pertes économiques en situation de pandémie présente des caractéristiques similaires au risque de dommages aux biens en situation de guerre : cumul des expositions, limites à la diversification, caractère non modélisable, rôle des décisions politiques et aléa moral. Le risque de guerre n’est pas assurable, et cela fait longtemps que la quasi-totalité des contrats d’assurance comportent une clause indiquant que les dommages du fait d’actes de guerre ne sont pas couverts. C’est la même raison pour laquelle la quasi-totalité des contrats d’assurance ne couvrent pas les pertes d’exploitation en cas de pandémie. Dans les deux cas – guerre comme pandémie -, seul l’Etat peut prendre en charge les conséquences économiques d’une crise d’une telle ampleur, via des mécanismes de redistribution qui en étalent la charge sur l’ensemble des agents économiques, et même sur plusieurs générations. Il n’est donc pas surprenant qu’à ce jour aucun pays ne soit arrivé à mettre au point un mécanisme de prise en charge par l’assurance. Il ne s’agit pas de mauvaise volonté de la part des assureurs, mais d’impossibilité technique et économique.

Denis Kessler est PDG de SCOR.

Publié le 15 janv. 2021.

Assurances & Risques : quelques réflexions sur cette crise

D’abord, prenons bien conscience de l’épreuve vécue par beaucoup : deuils, peur de la maladie, peur de la crise économique, des personnes âgées quittant ce monde sans être entourées de leurs proches et pour les croyants sans secours spirituel.

C’est important car il y aurait de l’indécence à ne voir dans cette crise qu’une « formidable opportunité » (d’unité, de solidarité, …). Et pourtant, nous devons bien nous demander en même temps comment traverser cette crise et donner le meilleur de nous-mêmes aux autres en gardant espérance et bonne humeur dans la mesure du possible : osons citer Baden Powell : la bonne humeur est aussi contagieuse que la rougeole…

Alors que faisons-nous de ce moment et quels enseignements pour nos métiers des risques et de l’assurance ?

Faire face au risque, l’assumer

Ce scénario de pandémie était connu et il n’est pas certain que nous y étions suffisamment préparés…. Dans les métiers du risque d’entreprise, on vit les mêmes problèmes : souvent les catastrophes déroulent des scénarios pré-identifiés que l’on n’a pas voulu voir, ou qui ont fait les frais d’arbitrages budgétaires « court termiste ».

Valoriser l’expertise sans en être prisonnier 

Sur des sujets techniques comme la santé ou les risques d’entreprise tels qu’incendie, collision durant le transport…, l’expertise est indispensable. Mais à la fin c’est le décideur qui doit se faire une opinion en responsabilité, avec ses intuitions, ses valeurs. Alors que les scientifiques en recherche nucléaire ont expliqué par a + b au Général de Gaulle toutes les difficultés techniques empêchant d’avancer sur le programme, ce dernier s’est fait sa propre opinion pour finalement, « en s’y prenant autrement », parvenir à suivre son planning et non celui des experts. Primauté donc à la décision du leader en considérant le bien commun. Sur la crise sanitaire, nous avons vu toutes les discussions, les positions contradictoires des experts sur ce qu’il fallait faire ou ne pas faire en termes de prévention et de soins en santé. A la fin, c’est le leader qui doit trancher, idéalement en ayant filtré les informations, exercé son jugement et considérer le bien commun. Pour revenir aux risques d’entreprises classiques, réalisons-nous des cartographies de risques en étant davantage mus par la nécessité d’être conforme aux règles, de « cocher la case » au risque de rester seulement collés à l’expertise ? Ou bien, ne devons-nous pas chercher à utiliser les informations collectées pour des prises de décisions avec les leaders afin de vraiment créer de la valeur en évitant ou réduisant les risques au bénéfice des salariés et de l’environnement en général ?

Donner du sens

Les conséquences financières de cette pandémie pour les entreprises ont conduit à des attentes et des challenges forts vis-à-vis de l’assurance sur la prise en charge de la perte d’exploitation. Des leaders de l’assurance ont répondu en fournissant des explications avec des propositions pour l’avenir. Mais sur le fonds cela ne souligne-t-il pas une incompréhension toujours forte de ce métier essentiel qu’est l’assurance pour l’économie ? Je me souviens que lorsque j’étais étudiant à Sciences Po, l’assurance n’était abordée qu’en tant qu’Investisseur Institutionnel, sans aborder son fonctionnement.

Parvenir à une meilleure compréhension de l’assurance, de ses mécanismes et de son modèle ne passe-t-elle pas par s’interroger sur ses fondamentaux : par exemple, comment comprendre l’assurance si son périmètre dédié à l’assurance des entreprises reste structurellement déficitaire depuis des années ?

Alors que la matière première de l’assurance sont les données, comment accepter que toutes les données disponibles ne soient pas utilisées et valorisées avec tous les outils innovants comme l’Intelligence Artificielle, afin de permettre une meilleure connaissance des risques et de leurs coûts ?

Cette meilleure connaissance du risque et de son coût bénéficiera bien sûr aux assureurs dans la gestion de leurs propres engagements mais aussi à leurs clients entreprises. Au-delà des challenges liés à la crise sanitaire, l’assurance, ancrée sur ses fondamentaux, valorisant son expertise et tout son potentiel d’innovation peut accroître la valeur qu’elle apporte au service du bien commun (société, entreprises, personnes), en clarifiant son rôle et en générant davantage de confiance.

Laurent Barbagli

Publié le 21 avril 2020

Merci de m’avoir permis de décrire dans une tribune au « Monde » les facteurs qui ont placé les risques, la gestion des risques et la Fonction Risk Manager au cœur de la stratégie des entreprises. Pour en savoir plus, voir l’ouvrage « La Fonction Risk Manager. Organisation, méthodes et positionnement » que j’ai co-écrit avec Nicolas Dufour ; paru en avril 2019 aux Editions Géreso.

Le Monde (site web)

vendredi 18 octobre 2019 – 14:00

Incendie de Rouen : « L’actualité témoigne de l’élargissement de la nature et de l’ampleur des risques »

Caroline Aubry, enseignante en gestion du risque, décrit dans une tribune au « Monde » les facteurs qui ont placé cette discipline au cœur de la stratégie des entreprises.

Tribune. L’actualité récente témoigne de l’élargissement de la nature et de l’ampleur des risques, qui fait aujourd’hui de sa gestion une variable stratégique de la réflexion des entreprises. Les cyber-attaques subies par Airbus ces derniers mois appartiennent à la catégorie des risques nouveaux ; le cyber-risque est d’ailleurs le premier cité par les entreprises dans le baromètre des risques de l’assureur Allianz.

L’incendie de l’usine Lubrizol, le jeudi 26 septembre, n’est pas qu’un risque « traditionnel » d’incendie ; il s’agit d’un risque éthique dans sa dimension de développement durable. La plainte déposée le 26 septembre par la Fédération Internationale pour les droits humains contre BNP Paribas et ses anciens dirigeants, pour complicité de torture, crimes contre l’humanité, génocide, blanchiment et recel au Soudan, est un risque éthique dans sa dimension de gouvernance : respect par l’entreprise des engagements pris, transparence et ouverture aux besoins de l’environnement dans laquelle elle opère, prise en compte des parties prenantes, les actionnaires et tous les groupes ou individus qui peuvent affecter ou être affectés par la réalisation de ses objectifs.

Les entreprises doivent faire face à des risques potentiels plus difficiles à cerner car ils sortent du champ de compétences des experts. Depuis trente ans, ces facteurs les ont conduites à mettre en place une démarche globale de gestion des risques, nommée « Enterprise-Risk-Management » (ERM) par les Anglo-Saxons ; ils ont contribué à la création d’une fonction dédiée à la gestion des risques.

Anxiété collective

L’élargissement du domaine de la gestion des risques s’est amorcé dans les années 1990 avec l’apparition de nouveaux risques issus des changements technologiques. Il s’est poursuivi avec la multiplication de qualificatifs venus en préciser la nature : éthique, environnemental, social, de gouvernance, de réputation, etc.

Est ensuite apparue l’idée d’une perception du risque différente selon les individus ou les niveaux dans l’entreprise. Cette perception est en effet fortement liée aux caractéristiques individuelles de l’acteur, sa personnalité, son histoire, ses préjugés, son exposition au risque…

L’élargissement du domaine de la gestion des risques s’est amorcé dans les années 1990 avec l’apparition de nouveaux risques issus des changements technologiques

Cette subjectivité intervient aussi dans la relation de l’entreprise avec les acteurs de la société civile. Par exemple, l’explosion de l’usine AZF à Toulouse en septembre 2001 a généré en France un état d’anxiété collective, accentué par la vigilance nouvelle des acteurs de la société civile qui ont pris conscience de ces vulnérabilités ; les populations habitant à proximité d’installations classées Seveso ont une perception accrue du risque.

Une approche exclusivement objective de l’incendie de l’usine Lubrizol ne donnerait qu’une vision partielle, voire erronée de la situation. Les entreprises doivent dorénavant impliquer les acteurs, intégrer les facteurs d’environnement susceptibles d’influencer cette perception (les médias, par exemple) et tenir compte des valeurs et des attentes grandissantes des parties prenantes. La communication devient essentielle, le risque de réputation, risque subjectif par excellence, devient le « cauchemar » des directions générales.

Réticence des compagnies d’assurance

Les entreprises sont amenées à gérer elles-mêmes ces nouveaux risques du fait de la réticence des compagnies d’assurance à les prendre en charge : comment continuer à croire qu’il n’y a pas un « trou énorme » entre la protection des assurances et ce dont les entreprises ont besoin pour couvrir, par exemple, le coût de cyber-attaques répétées, ou celui d’une catastrophe environnementale comme celle de l’usine Lubrizol ?

La référence « tous azimuts » à ce principe de précaution au contenu peu structurant contribue à l’installation de l’illusion du risque zéro

Les « affaires » participent également à cette extension du domaine du risque. Les affaires Maxwell (1991), Enron (2001), Vivendi (2002)… ont débouché sur l’exigence de conditions nouvelles de transparence des risques de la part des entreprises. Lubrizol, Volkswagen et le Dieselgate, Renault-Nissan et l’incarcération de Carlos Ghosn, Lactalis et le lait contaminé, pour ne citer que les affaires les plus médiatiques, renforcent cette exigence.

Enfin, depuis 2004, le régulateur, le législateur et les médias ont contribué à la diffusion de l’image d’un monde plus risqué et l’ont amplifiée. Prenons le principe de précaution, pilier de la « soft law » adoptée par les entreprises : la référence « tous azimuts » à ce principe au contenu peu structurant (car il n’offre aucun modèle d’action prédéfini) contribue à l’installation de l’illusion du risque zéro ; le seuil d’acceptabilité du risque par les parties prenantes diminue. De leur côté, les médias amplifient la notion de responsabilité du dirigeant en cas de négligence, et surtout les logiques de compensation.

Caroline Aubry est coauteur, avec Nicolas Dufour, de « La Fonction Risk Manager. Organisation, méthodes et positionnement » (Gereso édition, 250 pages, 25 euros).

Cet article est paru dans Le Monde (site web)

 

Venez tester gratuitement votre Cyberrisque.

Belle initiative. Bercy propose pendant le mois européen de la Cyber Sécurité des Cyber-tests gratuits.

02/10/2019

Rencontre avec Christian Dufour, Haut Fonctionnaire de Défense et de Sécurité des Ministères Economiques et Financiers (HFDSI des MEF). Accompagné de Bruno de Laigue, Président du réseau des Dirigeants Financiers (DFCG), ils présentent un dispositif d’autodiagnostic cyber destiné aux dirigeants des entreprises, notamment les TPE et PME, afin qu’elles prennent conscience de leur niveau de Sécurité sur quatre points essentiels de le Système d’Information (SI).

Pour la seconde année consécutive, la MEF s’associe à la DFCG pour faire le buzz durant le mois européen de la cybersécurité. Et 2019 voit le jour d’une boîte à outils de tests (quatre pour l’instant) mis à disposition des entreprises sur le site https://ssi.economie.gouv.fr. Elle leur permettra de connaître exactement le niveau de sécurité de quatre points essentiels de leur SI en s’auto-testant. Développés en Interne par l ‘équipe de Jean-Philippe Papillon, Responsable ministériel Sécurité des Systèmes d’Information, ces outils permettent de sensibiliser des néophytes du sujet à la Sécurité d’un SI. Car cette année, le focus est mis sur le conseil et la sensibilisation des plus petites entreprises, qui avec très peu de moyen, n’en consacrent que peu ou prou à la cybersécurité de leur structure.

CyberSécurité : 4 tests en libre accès

Dans un premier temps, en septembre dernier, ces outils ont été proposés aux 3000 adhérents de la DFCG. Ils ont été un peu plus de 10%, soit environ 350 directeurs financiers à se prêter au jeu. Les résultats de ces tests ont conforté la DFCG comme les instances gouvernementales sur l’urgence à sensibiliser la part la pus importante du tissu économique français.

Les quatre tests portent sur le niveau de mise à jour du navigateur web, la politique de sauvegarde, la robustesse du mot de passe et le niveau de sécurité des serveurs de messagerie. A la fin de chaque test, la société connaît le niveau de protection de l’élément mis sur la sellette au travers d’une note ou d’une couleur indiquant le niveau de sécurité, cela va de nul à très bon en passant par tous les niveaux intermédiaires possibles.

Sensibilisation des Dirigeants

Ces tests permettent aux dirigeants d’entreprise de savoir s’ils sont bien protégés ou pas. Dans le cas où la société s’appuie sur un prestataire extérieur pour assurer sa défense, cela lui permettrait de savoir si ce dernier a fait du bon travail ou non et donc, de l’obliger à revoir son travail si la Sécurité est mal assurée.

Les tests sont proposés sous la forme d’un téléservice. Ils ont été choisis en se basant sur  les trois facteurs principaux de compromission qui sont l’ingénierie sociale, le craquage de mot de passe et l’exploitation de failles connues (notamment quand les mises à jour des logiciels ne sont pas réalisées régulièrement).  Rien n’est mémorisé du côté du site qui propose le téléservice pour des raisons de sécurité, de respect des secrets de l’entreprise qui se teste et de conformité aux réglementations sur les données personnelles. Par exemple, quand une entreprise teste le niveau de sécurité de son mot passe, le site ne connaît bien entendu pas le login et ne peut, également, faire aucun lien avec l’entreprise en test. Sur le mot de passe, c’est le niveau de faiblesse de ce dernier qui est remonté et il est également possible de savoir si ce mot de passe a déjà fuité sur le Net.

Premiers résultats 

Les résultats de l’étude ont démontré que 75% des entreprises interrogées ont un navigateur mis à jour alors que 82% d’entre elles ont un domaine de messagerie mal protégé. Pour donner une idée de ce qui peut arriver quand sa messagerie est mal protégée, le cas de la société Tonneau, 3 millions d’euros de Chiffre d’affaires et 15 salariés, qui subit un détournement de fonds de 300000 euros en 4 jours à cause d’une usurpation de mail. Sur le mot de passe, plus de 50% des entreprises ont eu leur mot de passe facilement cassé selon le test. 67% d’entre elles n’ont pas de politique de sauvegarde qui tienne la route (pas de duplication des serveurs de sauvegarde, pas de vérification si la sauvegarde est bien réalisée …). Ce test n’en est pas un réel dans le sens où une liste de questions pointues est posée au dirigeant et les réponses sont pondérées ce qui donne une idée sur la bonne tenue et la protection des sauvegardes. Enfin seules 5 à 7 entreprises ont un plan de reprise d’activité en cas de chiffrement de leurs données par un malware. Pour finir, elles sont seulement 10 à avoir établi une « fiche Réflexe » qui correspond à un ensemble de processus à suivre et mettre en place en cas de crise.

Cette sensibilisation s’accompagne de liens sur des FAQ proposant nombre de bonnes pratiques.

Propager l’Information

Pour l’instant, Bercy a annoncé la mise à disposition de ces outils gratuits dans sa lettre aux entreprises. L’ANSSI en a également parlé. Bouche à oreilles et médias seront parmi les organes de propagation de cette chaîne. L’accès à la base de la pyramide économique française reste encore compliqué aujourd’hui.

Source : https://ssi.economie.gouv.fr.

Par Solange Belkhayat-Fuchs

Assurances et Cyberrisques : le retour…

La problématique Assurance et Cyber risques qui fait l’objet de nombreux articles dans la presse me fait penser aux difficultés rencontrées face à ce que l’on appelait les nouveaux risques (1990-2003).  D’un côté, les compagnies d’assurances étaient plus réticentes à prendre en charge les risques industriels et les nouveaux risques, notamment de réputation. De l’autre les grandes entreprises à l’égard des compagnies d’assurances préféraient gérer elles-mêmes leurs risques. Cette nouvelle logique de transfert du risque a été l’un des points d’ancrage historique de la gestion des risques.  Dans notre ouvrage sur la Fonction Risk Manager, Nicolas Dufour et moi-même reprenons les propos d’un Risk Manager qui nous disait :  » Il existe un trou énorme entre la protection incendie proposée par les compagnies d’assurances et ce dont nous avons besoin… Quand je suis arrivé dans l’entreprise (1994), je me suis aperçu que l’objectif est la sauvegarde de l’outil de production… La perte d’exploitation est énorme, jusqu’à X millions d’euros, on achète une assurance incendie. Au-delà on achète de quoi remettre la machine en route. »  N’en est-il pas de même avec le cyberrisque ? La gestion des risques transversale et la Fonction Risk Manager sont au premier plan. 

Ci-dessous un premier article sur ce sujet : le point de vue d’une juriste 

Assurance et cybersécurité : pourquoi c’est encore flou pour les entreprises

LE CERCLE – La fréquence des attaques informatiques a nettement augmenté au cours des dernières années. Toujours plus agressives, elles soulèvent de nombreuses questions quant aux couvertures d’assurance permettant aux entreprises de s’en prémunir et d’y faire face.

Notre société, dominée par une digitalisation croissante et une forte dépendance aux systèmes informatiques, s’expose chaque jour davantage au risque cyber, que l’incident soit le fait d’un salarié ou d’une attaque par un tiers.

Les célèbres attaques Wannacry et Not Petya ont entraîné par ricochet une augmentation corrélative du taux de souscription des contrats d’assurance cyber, passant ainsi de 26 % en 2016 à plus de 50 % en 2019, bien que certains spécialistes pensent que cette augmentation est en partie le fruit de l’entrée en vigueur récente du Règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD).

Toutefois, on continue de penser que le risque cyber est à la limite de l’assurabilité. Il est vrai que l’assureur se heurte à une absence d’antériorité sur ce risque récent, ce qui aggrave la difficulté de pouvoir adapter la capacité d’indemnisation avec une prime adaptée. Sans méthode d’analyse du risque fiable et sans enregistrement systématique des incidents cyber, les contours de ce risque restent flous et dont les conséquences à l’échelle mondiale paraissent incontrôlables.

Des polices dédiées aux cyber risques

Au-delà de la difficulté de définir une méthode actuarielle fiable, il faut nécessairement appréhender le risque de façon globale car il implique de facto l’ensemble des acteurs d’un même écosystème. Certains y voient là une nouvelle application de la «sécurité interdépendante» développée en matière de terrorisme.

Face à cette situation, certains assureurs ont préféré maintenir leurs polices traditionnelles, de sorte que bien que non identifié dans la police, ce risque «silent cyber» serait pris en charge, comme le piratage de données bancaires des utilisateurs d’un site internet ou de pertes d’exploitation consécutives à un incident cyber intentionnel ou non. Cela s’est parfois accompagné d’une simple augmentation des lignes existantes ou de la souscription d’avenants.

Les polices «tous risques sauf» présentent également un intérêt pour les PME qui sont souvent démunies face à un risque qu’elles ne peuvent correctement appréhender, dès lors qu’à défaut d’exclusion expresse des dommages causés par un virus, ces polices devraient pouvoir être actionnées en cas d’incident cyber.

De façon générale, on reproche tout de même à ces polices d’aboutir à des situations de cumuls de garanties ou d’assureurs, génératrices de complexité souvent au détriment de la bonne résolution de l’incident cyber.

D’autres assureurs ont fait le choix de développer un produit cyber, impliquant un accompagnement en amont de l’assuré pour définir le niveau de protection attendu et devant être maintenu par ce dernier, puis en aval lorsque l’incident survient pour l’aider à affronter la crise et restaurer son système d’information à l’aide de spécialistes missionnés en urgence, y compris le week-end.

Plusieurs limites

Pour séduisantes qu’elles soient, ces polices dédiées sont encore jugées peu claires avec des exclusions bloquantes comme les conséquences de l’atteinte à l’image et à la réputation de l’entreprise pourtant souvent mises à mal en cas de cyber incident.

On regrette aussi que ces polices ciblées demeurent trop génériques, sans réelle adaptation au profil de leur assuré, selon qu’il est une société du CAC 40 ou une PME. A cet égard, les réassureurs joueront certainement un rôle important, puisqu’ils réclameront de leurs clients assureurs d’être en mesure de détailler l’exposition spécifique au risque cyber pour accepter de réassurer.

En outre, même en cas d’amélioration notable des polices, les entreprises n’auront-elles pas toujours cette réticence à partager avec les assureurs des informations jugées confidentielles ou relatives au niveau de protection réelle de leur système informatique ?

L’Etat n’aurait-il pas ici un rôle à jouer dans l’évaluation de ce risque et la collecte des données liées aux incidents cyber ? Certains voient d’ailleurs dans le RGPD un moyen réel de constituer une base de données des incidents cyber qui touchent les entreprises en Europe.

En conclusion, les assureurs sont aujourd’hui contraints de développer des produits d’assurances efficaces et simplifiés sauf à laisser croître un marché parallèle de prévention et de gestion du risque cyber emmené par des prestataires de sécurité cyber ou même le laisser s’échapper au profit d’entreprises pionnières du CAC 40 qui mettent à disposition des obligations dédiées émises sur le marché des capitaux.

Emmanuèle Lutfalla, avocate, co-fondatrice et associée du bureau parisien de Signature Litigation.