ASSURANCES & RISQUES. QUELLES SOLUTIONS ? CAPTIVES. MEILLEURE COMPREHENSION DES RISQUES. DIALOGUE DU RISK MANAGER ET AUTRES PARTIES PRENANTES AVEC LES ASSUREURS

Mardi dernier (9 mars) , nous avons analysé le marché de l’assurance et illustrer ses tensions à travers l’exemple du Cyberrisque. Je vous propose aujourd’hui des pistes de solutions : quelles solutions pour faire face à cette situation ? Retour sur ce qu’est une captive.

https://www.la-librairie-rh.com/livre-entreprise/la-fonction-risk-manager-fris.html

Quelle stratégie en termes d’assurance en cette période de crise ?

Le sujet de l’assurance est douloureux au sein de nombre d’entreprises qui ont vu leurs assureurs à la fois augmenter les prix et réduire les couvertures. Face à cette situation, faut-il revoir sa stratégie d’assurance ? Ce sujet fut débattu lors des Rencontres du risk management de l’AMRAE

La hausse des prix de l’assurance pour les entreprises a fait les grands titres des journaux fin 2020. A l’occasion de ses Rencontres du risk management qui ont eu lieu début février 2021, l’AMRAE s’est emparé de ce sujet en y consacrant une table-ronde : « Quels financements des risques par le marché de l’assurance, intégrant le risk management ? »

Le constat des participants à ce débat fut sans appel : « Cela dépend des lignes mais la hausse atteint parfois 30/50%, parfois même plus, pour des niveaux de garantie équivalents. Et nous n’avons pas tout vu à mon avis étant donné que tous les programmes n’ont pas encore été renouvelés », a rapporté Stéphane Yvon, directeur de la politique assurances du groupe EDF.

80% des risques non assurés

Frédéric Dhers, CEO de SCOR Europe, a justifié ces augmentations par un phénomène de crises multiples. « Nous vivons non pas une crise mais des crises. La crise sanitaire, inédite, qui se chiffre pour l’instant à 70 milliards de dollars de sinistre en termes d’assurance. Une crise économique, qui a conduit à une contraction de plus de 8% du PIB en France alors que la baisse était d’à peine 3% en 2009. Une crise climatique, aussi, avec des catastrophes naturelles qui impactent les assureurs », a-t-il énuméré.

Quelles qu’en soient les raisons, que doivent faire les entreprises face à une telle hausse des prix mais également à une réduction des couvertures ou encore à l’ajout de certaines exclusion ?

Pour François Beaume, vice-président risques et assurances de Sonepar et vice-président de l’AMRAE, il est évident qu’une bonne partie du financement des risques va rester en interne. « 80% des risques ne sont pas assurés ou pas assurables. Et sur les 20% restant, il y a un effet de contraction car les assureurs baissent les limites et, qu’en plus, ces limites-là vont coûter plus cher ».

De plus, comme l’a rappelé Stéphane Yvon, avec la crise, les entreprises sont en train de revoir leurs dépenses.

La solution de la captive d’assurance

La solution serait de ne plus assurer les risques ? Pour contourner le problème, la plupart des grandes entreprises du CAC 40 et du SBF 120 ont opté pour une captive d’assurance. Il s’agit d’une filiale créée par l’entreprise qui va jouer le rôle d’un assureur ou d’un réassureur mais uniquement pour les risques du groupe auquel elle appartient.

Si le dispositif peut être intéressant, il intéresse cependant surtout les grands groupes. « Les captives concernent plutôt les grandes entreprises, qui réalisent plus d’1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaire. De manière générale, en-dessous d’un million d’euros de prime, il est difficile d’avoir un outil pérenne en mesure de payer les sinistres », a expliqué Étienne Charpentier, directeur solutions et transferts alternatifs chez Siaci Saint-Honoré.

Les entreprises de plus petite taille, les grosses ETI qui ont un bon niveau de primes à gérer, peuvent quant à elles se tourner vers la captive à compartiments, c’est-à-dire la location d’un compartiment captif dans une structure existante. Il faut pour cela trouver un bon courtier qui sait gérer ces dispositifs auprès de sociétés généralement situées à Malte.

Comprendre les risques

Pour les plus petites structures, le plus simple est peut-être, comme l’a proposé François Beaume, de se doter d' »un système de provisions qui permet de préparer le futur dans les comptes d’aujourd’hui ». L’objectif est de se doter d’un matelas qui permettra d’amortir l’impact financier d’un événement qui surviendra plus tard.

François Beaume a surtout insisté sur la nécessité d’investir dans des actions de prévention qui permettent de limiter la fréquence et l’impact des risques. « La première chose est de comprendre les risques de l’entreprise, de les identifier, d’évaluer les mécanismes de survenance. Cela permet ensuite d’agir par différents moyens de prévention« , a-t-il décrit, insistant sur le fait que c’est le socle fondamental avant de penser aux financements des risques.

Dialogues avec les assureurs

Il a également conseillé de formaliser clairement l’appétit au risque de l’entreprise, ce qui permettra de guider la stratégie en la matière. « En fonction de l’appétit au risque, la politique de souscription est très différente », a approuvé Étienne Charpentier.

Enfin, tous les intervenants de cette table-ronde ont insisté sur le nécessaire dialogue avec les assureurs, surtout en cette période. « Nous multiplions les réunions pour expliquer aux assureurs la réalité de l’entreprise, les risques auxquels nous sommes exposés, les choix que nous avons opérés pour améliorer la situation, les problématiques qui restent…« , a raconté François Beaume.

Stéphane Yvon a poussé à embarquer lors de ces discussions d’autres parties prenantes de l’entreprise, comme les personnes en charge de la cyber-sécurité ou celles du juridique. Le risk management est en effet un travail d’équipe, ne serait-ce que pour avoir une bonne connaissance du risque.

Eve Mennesson. 3 mars 2021 

L’assurance captive considérée comme un remède Covid et à la hausse des primes

Alors que les combats éclatent au sujet des paiements en cas de pandémie, de nombreuses entreprises regardent au-delà de la couverture traditionnelle

Partout dans le monde, les tribunaux se demandent si les polices d’assurance contre les pertes d’exploitation détenues par des millions d’entreprises couvrent une pandémie.

La hausse des primes d’assurance coûte aux entreprises des millions de dollars qu’elles peuvent difficilement se permettre alors qu’elles naviguent dans la pandémie de coronavirus. De nombreuses entreprises réagissent en essayant de gérer elles-mêmes les risques.

La montée en flèche de la demande d’assurance dite captive et le montant croissant des capitaux consacrés à l’atténuation des risques ont surpris de nombreux acteurs du secteur, y compris des courtiers qui vendent l’idée de créer un assureur captif.

Une captive est détenue et contrôlée par l’entreprise qui l’établit, qui peut être un restaurant, un fabricant de médicaments ou un détaillant. Il rédige une couverture pour ses propriétaires et paie les réclamations lorsque l’entreprise rencontre des problèmes inattendus. Avant même l’apparition du coronavirus, certaines entreprises américaines avaient veillé à ce que leurs captifs rédigent des polices couvrant une pandémie potentielle, leur permettant d’éviter les différends avec les assureurs traditionnels. Certains assureurs traditionnels ont en grande partie refusé de payer les demandes d’indemnisation pour interruption d’activité présentées par des entreprises touchées par des fermetures.

Créer sa propre compagnie d’assurance peut être une stratégie risquée. Un assureur captif dépourvu de capital suffisant – particulièrement au début de son existence – peut devenir insolvable s’il est confronté à des sinistres importants, laissant la société mère exposée en cas de besoin. Les captives doivent également prendre des décisions en matière de souscription et de réclamation sans lien de dépendance avec leurs propriétaires. Ne pas le faire risque de tomber à l’encontre des régulateurs dans certains pays.

Mais si une entreprise ne trouve pas de couverture adaptée sur le marché libre, la création d’une captive peut être une alternative. Se passer d’une assurance n’est peut-être pas une option – pour des raisons réglementaires, une entreprise peut avoir besoin de prouver qu’elle dispose d’une police d’assurance.

Le courtier d’assurance basé aux États-Unis, Marsh, a déclaré qu’au moins 25 des captifs qu’il gère dans le monde ont rédigé une couverture pour les risques de pandémie. De nombreuses autres entreprises ont mis en place des captives pour contrer les primes qui ont augmenté chaque trimestre depuis la fin de 2017. La pandémie pourrait alimenter des primes encore plus élevées, les assureurs cherchant à évaluer le risque de manière plus agressive.

Marsh a déclaré que le nombre de nouvelles captives qu’il avait aidé à former avait triplé entre janvier et juillet par rapport à un an plus tôt, coïncidant avec une période où les prix mondiaux de l’assurance ont enregistré des augmentations à deux chiffres au milieu de la crise des coronavirus. Aon, un autre courtier d’assurance, a déclaré avoir également constaté une demande plus élevée pour les unités.

Le groupe d’investissement Blackstone Group Inc. est une société qui compte davantage sur les captives pour augmenter ses primes d’assurance.

Fin juillet, sa Gryphon Mutual Insurance Co. est entrée en service, le point culminant de plusieurs mois de travail préparatoire qui ont commencé avant la pandémie. La captive se concentre sur la propriété en Amérique du Nord, mais pourrait être étendue à d’autres régions à l’avenir.

 «En fin de compte, cela nous donnera un meilleur contrôle sur notre programme d’assurance des biens et réduira les primes et les frais de courtage pour nos commanditaires», a déclaré un porte-parole de Blackstone.

Les captives ne sont pas une nouvelle tactique pour les entreprises pour atténuer les risques. La société de notation AM Best Co. affirme que la première captive du monde a été créée aux Bermudes dans les années 1960 en réponse au durcissement du marché de l’assurance, qui décrit le moment où les primes deviennent plus chères et la capacité de couverture des assureurs diminue. Le recours à des captifs coïncide souvent avec un marché de l’assurance qui se durcit, ou lors de crises telles que les attentats terroristes du 11 septembre ou les ouragans qui ont ravagé la côte du golfe du Mexique en 2004-05.

Bon nombre des plus grandes entreprises américaines ont utilisé des captives, notamment dans le secteur pétrolier et gazier. Ces dernières années, les sociétés de covoiturage Uber Technologies Inc. et Lyft Inc. ont formé des filiales d’assurance . L’assurance peut être un défi pour les entreprises qui s’engagent dans de nouveaux modèles commerciaux: les assureurs traditionnels n’ont souvent pas suffisamment d’informations pour tarifer la couverture d’une manière qui rendrait ces nouvelles entreprises économiquement viables.

Le recours accru aux captives ne pose pas de risque immédiat pour le secteur de l’assurance, selon les courtiers. Aon a déclaré que cela reflétait une réorganisation du secteur, les assureurs étant prêts à abandonner des secteurs d’activité devenus non rentables. Pourtant, les entreprises captives pourraient envisager d’élargir leur utilisation à l’avenir.

Selon AM Best, le nombre de captifs domestiques américains a plus que doublé pour atteindre 3133 entre 2007 et 2019.

La pandémie a mis en évidence l’intérêt de pouvoir adapter l’assurance en utilisant une captive, plutôt que de s’appuyer sur une couverture du marché libre via des assureurs traditionnels. De nombreuses entreprises pensaient être couvertes en cas de chocs inattendus, pour se faire dire par leurs assureurs traditionnels que les exclusions pandémiques dans les petits caractères des polices rendaient leurs réclamations invalides.

Partout dans le monde, les tribunaux se demandent si les polices d’assurance contre les pertes d’exploitation détenues par des millions d’entreprises couvrent une pandémie . Aux États-Unis, les assureurs de biens ont remporté une série de décisions judiciaires confirmant leurs refus de réclamations pour perte de revenus des entreprises lors de fermetures ordonnées par le gouvernement, atténuant les espoirs de paiement des assurés pour les aider à rebondir. Le 15 septembre, un tribunal britannique s’est prononcé principalement en faveur des assurés dans une affaire test qui a examiné différentes formulations de polices.

Alice Uribe. 27 septembre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s