RIsque et opportunité. Une autre approche

Risque et Danger

« La notion de risque est ancienne, ancrée dans la société et associée à une connotation de peur, de danger. Quand Beck (2001) affirme que notre monde est le premier à être confronté au risque suprême de la destruction de la vie sur la terre, de la fin de l’Humanité, Méric et al. (2009) rappellent que les Aztèques redoutaient le retour du Néant provoqué par l’arrêt de la course du soleil et ainsi l’ancrage du risque dans l’histoire de l’Humanité. Dans cet ouvrage, les auteurs rappellent que le mot français daterait du XVIe siècle et que son étymologie serait liée à l’activité commerciale maritime (le risque que court une marchandise), avec comme postulat implicite, les conséquences néfastes de l’occurrence du risque. Laperche (2003) établit un lien entre le risque, expression du danger et la nécessité de le récompenser ou de le réduire…Au début des années quatre-vingt-dix, la notion de risque reste floue : risque et danger. » p.18. La Fonction Risk Manager. Organisation, Méthodes et Positionnement. Aubry C., Dufour N.

https://www.la-librairie-rh.com/livre-entreprise/la-fonction-risk-manager-fris.html

Risque et Opportunité

« La notion de risque n’est pas nouvelle dans les entreprises (Knight, 1921). Il est présent dans toute action, fait partie de l’univers des entrepreneurs (Schumpeter, 1926) ; il est inhérent à toute décision : « Décider, c’est choisir, en univers incertain notamment, c’est prendre un risque en espérant que le choix s’avérera a posteriori judicieux. » (Persais, 2003). Le risque est ainsi à rapprocher de l’action. La prise de risque est en soi la conséquence de la prise de décision dans un but précis : « L’évènement non encore survenu qui motive l’action. » (Beck, 1986). Ce but précis, c’est dans le contexte de l’entreprise la recherche de relais de croissance, de rentabilité supérieure, de développement de l’organisation. p.18. La Fonction Risk Manager. Organisation, Méthodes et Positionnement. Aubry C., Dufour N.

Le risque peut (doit) être appréhendé comme une opportunité et la gestion des risques comme une  démarche positive : reconnaître la valeur de la prise de risque et des coûts d’opportunité. C’est bien de prendre des risques. Il faut prendre des risques. A condition « seulement » de savoir « où l’on met les pieds ». Apprendre de ses échecs mais aussi ses succès : apprentissage, REX, diffusion des Bonnes Pratiques…Il s’agit des dispositifs de l’approche socio-cognitive de la gestion des risques qui m’est chère. Vous pouvez la retrouver via des articles publiés sur le blog (Catégorie Gestion des Risques. Rubrique Démarche socio-cognitive.) ou dans l’ouvrage ci-dessus comme fil conducteur de la présentation de la Fonction Risk Manager (sortir de l’approche contrôle / « riskmanagement intelligent » prôné par Power pour gagner en légitimité).  

Je vous propose deux articles qui associent risque et opportunité.

Pour passer du risque à l’opportunité :
« Les achats responsables au cœur des nouveaux enjeux de RSE »
« Kenya : une startup transforme le fléau des criquets pèlerins en bénédiction pour les agriculteurs »


Les achats responsables au cœur des nouveaux enjeux de RSE 

En ces temps troublés, plus que jamais, les entreprises vont être scrutées. A elles de se montrer irréprochables.

Jusqu’à récemment encore, l’attente des citoyens en matière de changement, qu’il soit social, sociétal, ou environnemental, était essentiellement tournée vers l’Etat. Comme différents indicateurs ont pu le souligner, a fortiori depuis la crise financière de 2009 et devant la résurgence des catastrophes climatiques ces dernières années, un changement de paradigme est néanmoins à l’œuvre, et il s’est renforcé avec la crise sanitaire : les citoyens éclairés ont pris conscience que le changement ne pourrait se faire qu’à travers eux et comptent sur les entreprises pour en être les relais collectifs visibles. En jeu, la possibilité de consommer mieux, en respectant le monde qui les entoure. En conséquence, les entreprises doivent opérer un changement de cap aussi nécessaire qu’attendu, entraînant dans leur sillage tout un écosystème économique.

L’émergence du « nouveau consommateur »

Ce qu’il est intéressant de voir pour bien comprendre la mécanique à l’œuvre, c’est que ces citoyens sont à la fois des salariés (ou futurs salariés d’organisation) et les clients finaux qui feront l’acquisition d’un bien ou d’un service auprès d’une entreprise. Cette position de consommateurs-acteurs leur confère un rôle de moteur du changement, à l’heure où l’on se dit que la demande peut conditionner l’offre. Une grande enseigne de distribution en a d’ailleurs récemment fait son slogan (« Place au nouveau consommateur »), ancrant ainsi une nouvelle réalité : les citoyens se placent désormais en acheteurs responsables, et imposent aux entreprises d’être alignées sur ces valeurs et d’être dans une nouvelle dynamique de responsabilité.

Car si les questions de RSE sont déjà largement intégrées dans les plus grandes entreprises françaises, il apparaît clairement qu’en plus d’être sociale, cette responsabilité doit être sociétale et environnementale, et s’étendre à toutes les organisations. Les salariés expriment d’ailleurs des attentes fortes, en ce sens, envers leur employeur et attendent de la part des entreprises, notamment les plus grandes, des efforts honnêtes et plus conséquents encore.

Alors que les figures d’autorité sont largement remises en cause et que la confiance déjà restreinte dans les pouvoirs publics continue de s’étioler, le niveau de confiance des salariés dans leur employeur résiste. Selon l’édition 2021 du Trust Barometer d’Elan Edelman, l’employeur serait même « le dernier bastion de la confiance » : 70% des répondants déclarent, en effet, avoir confiance en leur employeur contre 50% seulement lorsque l’on évoque le gouvernement ; 67% pensent, par ailleurs, que les P-DG devraient intervenir lorsque le gouvernement ne résout pas des problèmes de société et 66% souhaitent que les dirigeants jouent un rôle de premier plan dans les changements à opérer, plutôt que ce soit le gouvernement qui les leur impose. Voilà qui en dit long sur la vision qu’ont ces « nouveaux consommateurs » de leur rôle de contre-pouvoir par le biais de l’entreprise, à une époque où les initiatives citoyennes se multiplient, sans trouver d’écho réellement favorable auprès des pouvoirs publics.

De la poussée citoyenne au changement des modes de production

Toujours selon le Trust Barometer 2021, 73% des sondés se disent inquiets (ou très inquiets) en ce qui concerne le changement climatique. La prise de conscience d’une Terre aux ressources précieuses et limitées est globale, et les attentes en matière de changement doivent se traduire au sein des entreprises, dont la survie, à terme, dépendra de leur engagement en matière de développement durable notamment. Le changement de modes de consommation, pour ceux qui le peuvent, est en marche. L’heure est à la limitation de l’impact environnemental au niveau individuel et collectif (consommation locale/de saison, circuits courts, agriculture bio, traçabilité des matières et matériaux, énergie verte, possibilité de réparer plutôt que de jeter…). En miroir, l’offre s’ajuste progressivement. Les exemples dans l’agroalimentaire (origine France, zéro pesticides, issu de coopératives…), l’énergie (énergies vertes et/ou renouvelables, recyclage…), l’immobilier (rénovation énergétique, constructions écoresponsables) ou l’automobile (véhicule hybrides et électriques) ne manquent pas, tandis que la crise a fait émerger, pour d’autres raisons, l’importance de relocaliser certaines productions. Chacun s’accorde pour un retour progressif à une logistique de proximité, moins polluante, moins invasive et bénéfique à chacun. De la même manière, le nouveau consommateur inclut dans sa réflexion la mesure de l’impact social de ses achats, en portant une attention croissante au respect des conditions de travail et aux droits individuels des salariés participant à la conception des biens et des services dont il fait l’acquisition. Le récent plan de relance du gouvernement qui est une feuille de route pour la refondation économique, sociale et écologique du pays va également dans ce sens. A travers le label France Relance, le gouvernement soutient les entreprises optant pour des investissements plus « verts » et globalement plus responsables socialement avec un objectif annoncé : bâtir la France de 2030.

Des enjeux écologiques qui sont des enjeux économiques pour les entreprises

La performance d’une entreprise repose sur sa capacité à générer du chiffre d’affaires et des bénéfices (c’est-à-dire, à vendre ce qu’elle produit) pour investir, en vue de rester compétitive et de poursuivre son développement. Lorsque les attentes des consommateurs évoluent de manière aussi fondamentale que ce que l’on observe actuellement et que la notion d’entreprise engagée (et par extension de fournisseurs engagés, de supply chain responsable…) devient un facteur de décision dans le processus d’achat, l’entreprise se doit d’adapter rapidement son modèle ou sa production pour rester attractive et performante. Les enjeux écologiques et sociaux pour le citoyen sont des enjeux économiques pour l’entreprise. Il s’agit par conséquent pour les organisations de répondre aux nouvelles exigences des consommateurs responsables, en se positionnant à leur tour comme des acteurs du changement. Comment ? En développant des politiques RSE fortes et cohérentes. En s’appliquant aussi à entraîner dans leur sillage celles et ceux qui composent leur écosystème direct : clients, fournisseurs et partenaires, collaborateurs et futurs collaborateurs, pouvoirs publics dans certains cas. Tout cela doit participer à établir un cercle vertueux, dont la circonférence ne cesse de croître à mesure qu’il se nourrit de l’engagement des différents acteurs aux rangs 1, 2, 3…

A titre d’exemple, l’une de mes collaboratrices me relatait récemment une expérience d’achat qui résume bien cette tendance : ce que sont les achats responsables et comment ceux-ci peuvent se décliner. Elle venait de faire l’acquisition d’un vêtement technique de montagne, et la lecture des « 10 engagements » de la marque illustrait tout à fait les différentes dimensions de ce qu’est et doit être la responsabilité d’une entreprise de l’industrie textile aujourd’hui. On pouvait lire notamment : développer des produits durables, aller vers de l’éco-conception, privilégier le recours à des matières certifiées et garantir le sourcing des achats. Garantir le sourcing des achats, c’est travailler avec des fournisseurs et des prestataires engagés sur le plan social (pas de travail forcé, dissimulé ou travail des enfants, lutte contre les discriminations) comme environnemental (provenance, mode d’extraction des matières premières ou de transformation, audit d’impacts, valorisation de la production et des achats en circuits courts et continentaux versus internationaux, valorisation des produits usagés…), dans le respect des intérêts de tous et non d’intérêts propres (lutte contre la corruption). Tous ces engagements suivent précisément la charte Global Compact des Nations-Unies, qui peut servir de cadre aux entreprises pour consolider leurs engagements, notamment en matière de politique d’achats responsables.

Le mouvement est initié, la route reste à parcourir

Aujourd’hui, les politiques d’achats responsables ne sont pourtant une réalité que dans 60% des entreprises en France, selon l’Observatoire de la fonction achats 2030 de Michael Page/CNA (dont les résultats seront publiés début mai). L’une des raisons à cela est que l’on associe encore trop souvent « politique d’achats responsables » et entreprises industrielles ou multinationales. Or, ces politiques doivent aussi se diffuser largement auprès et au sein des entreprises de taille moyenne et des entreprises de services, qui sont au cœur des écosystèmes économiques. Des labels comme Ecovadis, auquel les entreprises se montrent de plus en plus attentives, viennent récompenser les organisations qui s’impliquent sur ce plan et peuvent, là encore venir, accompagner la mise en place des actions.

La crise actuelle est l’opportunité d’opérer un changement à la fois profond et durable, répondant aux nouvelles attentes des citoyens en matière de responsabilité sociale et environnementaleLa mise en place d’une politique d’achats responsables, quelle qu’en soit la dimension initiale, doit devenir pour tous une conviction. Parce qu’il s’agit déjà d’un facteur de décision d’achat pour de nombreux consommateurs, et parce qu’il s’agira de plus en plus d’un facteur d’attractivité et de décision bilatérale pour l’ensemble des partenaires engagés dans une relation commerciale (entreprises, fournisseurs, prestataires, …) et pour les ressources humaines d’une entreprise (salariés et futurs collaborateurs). Les entreprises peuvent, si ce n’est changer le monde, apporter une pierre significative à l’édifice.

Kenya: une startup transforme le fléau des criquets pèlerins en bénédiction pour les agriculteurs

The Bug Project propose aux paysans kenyans de ramasser les criquets dans les champs contre paiement, et transforme les insectes soit en engrais, soit en aliment pour bétail. © The Bug Project

Transformer un fléau en bénédiction, c’est l’objectif que s’est fixé une petite société kényane. The Bug Project ramasse dans les champs les criquets pèlerins qui ont envahi tous l’est de l’Afrique, et notamment le Kenya, pour en faire soit du compost, soit de l’alimentation pour bétail. Une solution qui permet aux villageois kenyans de surmonter les pertes engendrées par les invasions de criquets.

Depuis près d’un an et demi, le Kenya affronte les pires invasions de criquets pèlerins de son histoire. Les insectes réduisent à néant les cultures et dévastent les campagnes. Face à la détresse des paysans kényans, Laura Stanford, une Sud-Africaine de 33 ans, installée à Nairobi a décidé d’agir. « En réalité, s’il n’y avait pas eu le Covid-19, l’invasion de criquets pèlerins dans la Corne de l’Afrique aurait été la plus grande crise humanitaire de l’année dernière », dit-elle.

À la tête d’une petite entreprise d’élevage d’insectes destinés à l’alimentation animale, The Bug Project, elle entame donc dans plusieurs comtés ruraux des campagnes de ramassage de criquets. En collaboration avec la FAO, l’agence des Nations unies pour l’agriculture qui a entrepris depuis un an des opérations de pulvérisation d’insecticide.  

Mobiliser les habitants

« Tôt le matin, nous appelons la FAO, pour savoir où sont les essaims d’insectes et s’ils seront pulvérisés ou non. Si ce n’est pas le cas, nos équipes mobiles vont dans les villages, pour mobiliser les habitants et leur expliquer comment ramasser les criquets et les mettre dans des sacs que nous distribuons. Et nous payons les communautés par kilos de criquets ramassés. Nous payons immédiatement par MPESA, une application de mobile money », explique Laura Stanford.

Les villageois récupèrent 15 shillings, soit environ dix centimes d’euro par kilo d’insectes. Quant aux criquets, ils seront transformés en engrais s’ils proviennent d’essaims traités à l’insecticide, ou en nourriture pour animaux dans le cas contraire. 

Étendre le projet à l’ensemble du Kenya et au-delà

Antoine Hubert, ancien ingénieur d’Agro Paris Tech, une école d’agronomie, dirige aujourd’hui Ynsect, autrement dit la plus grande entreprise d’aliments pour bétail fabriqués à base d’insectes, en Europe. Pour lui, l’initiative de Laura Stanford fait sens dans un monde où les ressources ont tendance à s’épuiser.

« Cela fait partie de la solution, en effet. Et quand on voit ces invasions de criquets pèlerins, autant effectivement essayer de les collecter et de les transformer en aliments, d’autant que ce sont de très bonnes sources de protéines, très équilibrées. Il y a ces initiatives-là, et il y en a beaucoup d’autres. Il y a des projets au Cameroun ou au Burkina Faso où des vers de palme qui en passant d’un stade de collecte à un stade d’élevage, permettent de produire plus et de manière moins saisonnière. Ce qui crée de nouvelles filières, des revenus et des emplois », soutient Antoine Hubert.

Laura Stanford permet aux paysans collecteurs de criquets de gagner un peu d’argent en attendant des jours meilleurs. Elle leur redistribue aussi une partie du compost fabriqué avec les insectes afin de fertiliser leurs champs. Dépendante pour l’heure des fonds de la coopération danoise, elle aimerait étendre son projet à l’ensemble du Kenya ainsi qu’aux pays voisins, eux aussi touchés par les invasions de criquets pèlerins.  

Olivier Rogez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s