Télétravail, risques et plans d’actions ou quels plans d’actions pour gérer les risques liés au télétravail et selon quelle approche ? (2)

✴ Une gestion des risques technique et socio-cognitive.

Je reviens avec l’extrait ci-dessous d’une chronique d’Olivier Cimelière sur l’idée que les risques psycho-sociaux liés au télétravail comme tous les risques ne sont pas seulement un « problème » technique mais également un « problème » de facteur humain.

Le deuxième article ciblé sur la cyber-malveillance (surexposition au risque) présenté par Caroline Diard –  enseignant-chercheur en management des RH et Droit, ESC Amiens – comme l’un des risques liés au télétravail propose 12 recommandations de sécurité pour prévenir ce risque. Dix sont techniques. Deux sont socio-cognitives.

Une approche à la fois technique et socio-cognitive pour passer d’une logique de contrôle à une logique de soutien rejoint la mise en place du « risk management intelligent » préconisés par Power (2004, 2007, 2009, 2016). Cette approche permet d’émanciper les managers du déploiement d’informations sous la forme « d’outils formalisés, normés… » qu’il décrit comme une « addition de couches de pseudo confort donnant une illusion de confort. » (p.66 Aubry C., Dufour N., La Fonction Risk Manager).

✴ Quelles sont les grandes lignes et les outils pour que les risk-managers français mettent en place le « risk management intelligent » préconisé par Power ?

La mise en place d’outils hors contrôle tels que le e-learning, le retour d’expérience, les formations, la responsabilité des opérationnels, l’appropriation des outils…permettent d’avoir l’appui des opérationnels et d’acquérir une légitimité cognitive (celle qui consiste à s’ancrer dans l’inconscient collectif pour être compris par les parties prenantes, devenir incontournable) ; elle est le « graal » de la légitimité.

✴ Nous évoquons cette approche technique et socio-cognitive et ces outils dans nos travaux (Aubry et Montalan, 2007) et dans l’ouvrage « La Fonction Risk Manager. Organisation, méthodes et positionnement (2019, p.96) »

https://www.la-librairie-rh.com/livre-entreprise/la-fonction-risk-manager-fris.html

✴ Sur le blog, vous pouvez lire ou relire sur cette approche :
  • l’article « Yves Rocher et les NeuroSciences ». Archives du blog mai 2020
  • l’article relatif à L’Organisation Apprenante. Archives du blog décembre 2020.

Télétravail et déconfinement : l’humain reste le pivot essentiel

Télétravail n’est pas martingale managériale

C’est un fait que le coronavirus aura contribué à plus nettement matérialiser le recours au télétravail. Les mentalités à l’égard de celui-ci évoluent. Du côté des dirigeants, il n’est plus forcément perçu comme une subtile excuse pour tirer au flanc, d’autant que le présentéisme au bureau engendre aussi bien des excès. Du côté des collaborateurs, il est synonyme d’un équilibre de vie plus flexible, entre obligations professionnelles et tâches domestiques, tout en ayant un cadre de travail délibérément choisi plutôt qu’un flex office impersonnel ou un open space plein de vacarme. Pour autant, le travail à distance n’est pas une martingale managériale. Si le dirigeant y consent, il doit aussi impulser les conditions de son efficience collective.

La première étape, basique mais incontournable (et déjà source de bougonneries), est le matériel du collaborateur. Autant au bureau, il est relativement simple de disposer d’infrastructures et de terminaux performants, autant la distance implique des obligations très concrètes à traiter. L’enquête de Deskeo le rappelle. 78% des personnes interrogées ne possèdent pas les équipements adéquats comme l’imprimante ou l’écran ergonomique. 66% doivent aussi se débattre avec un débit Internet parfois capricieux.

Collaboration et sécurité avant tout

Deux autres dimensions sont absolument cruciales : le choix d’un outil collaboratif qui conviendra à la majorité des salariés en télétravail et la garantie de la cybersécurité des échanges . Travailler à distance ne signifie pas travailler en silo, mais être au contraire capable de se synchroniser avec ses collègues et suivre les avancées d’un projet. Sur le marché, il existe quantité de solutions éprouvées mais attention à tenir compte de la maturité digitale des personnes. Un outil trop complexe à manier peut dérouter.

Enfin, la sécurisation est indispensable. A cet égard, l’engouement pour Zoom, la solution de visioconférence, a mis en exergue les failles de sécurité qui allaient de pair avec des intrusions ou des vols de données. Conséquence : tout le monde dans l’entreprise doit être extrêmement au clair et au carré avec ces points fondamentaux. Sans oublier évidemment le respect de la loi applicable en la matière.

La com’ interne comme lien essentiel

L’autre challenge induit par le télétravail, quelquefois largement sous-estimé par les adeptes fraîchement convertis, est la préservation du lien humain et de la culture d’entreprise. C’est là où la communication interne a un rôle clé à jouer pour éviter qu’au fil du temps, les interactions ne se réduisent qu’à des chats sur la messagerie interne et quelques séances collectives en visio pour entretenir a minima l’esprit d’équipe et le sentiment d’appartenance à la communauté qu’est l’entreprise.

Plus que jamais, des espaces fédérateurs doivent être mis en place et animés régulièrement comme l’Intranet – mais pas que – qui peut ainsi distiller des témoignages terrain, partager des bonnes pratiques, présenter des métiers et même offrir des canaux de détente comme des mini-compétitions de jeux en ligne ou des forums de discussion thématiques.

Avec le travail à distance, il ne faut pas perdre de vue que la précieuse machine à café n’est plus totalement en mesure d’être cet indispensable lieu de brassage du corps social de l’entreprise. La virtualisation des discussions peut aider à décloisonner mais elle peut aussi dématérialiser l’essence même d’une organisation humaine. C’est sans doute un paradoxe mais le télétravail requiert aussi de la proximité physique régulière. Là aussi, les possibilités sont variées : réunions sur un lieu unique, séminaires, team building, repas en commun, etc. Sinon, trop de distance tue la quintessence de l’entreprise.

Olivier Cimelière est directeur adjoint ESJ Pro Entreprise. Mai 2021

Recommandations de sécurité informatique pour le télétravail en situation de crise

En complément des mesures générales de vigilance cybersécurité publiées sur la crise du CORONAVIRUS – COVID-19, cet article décrit les conseils de Cybermalveillance.gouv.fr pour les employeurs afin de limiter les risques de sécurité informatique liés au télétravail.

12 recommandations de sécurité liées au télétravail pour les employeurs

Pour faire face à la crise et au confinement imposé par l’épidémie du CORONAVIRUS – COVID-19 les employeurs, entreprises, associations, administrations, collectivités se sont vues devoir mettre en place ou développer dans l’urgence le télétravail pour maintenir, au moins a minima,  leurs activités essentielles. L’ouverture vers l’extérieur du système d’information de l’entreprise peut engendrer des risques sérieux de sécurité qui pourraient mettre à mal l’entreprise, voire engager sa survie en cas de cyberattaque.
Voici 12 recommandations à mettre en œuvre pour limiter au mieux les risques :

  1. Définissez et mettez en œuvre une politique d’équipement des télétravailleurs : Privilégiez autant que possible pour le télétravail l’utilisation de moyens mis à disposition, sécurisés et maîtrisés par l’entreprise. Lorsque ce n’est pas possible, donnez des directives d’utilisation et de sécurisation claires aux employés en ayant conscience que leurs équipements personnels ne pourront jamais avoir un niveau de sécurité vérifiable (voire sont peut-être déjà compromis par leur usage personnel).

  2. Maîtrisez vos accès extérieurs : Limitez l’ouverture de vos accès extérieurs ou distants (RDP) aux seules personnes et services indispensables, et filtrer strictement ces accès sur votre pare-feu. Cloisonnez les systèmes pour lesquels un accès à distance n’est pas nécessaire pour les préserver, surtout s’ils revêtent un caractère sensible pour l’activité de l’entreprise.

  3. Sécurisez vos accès extérieurs : Systématisez les connexions sécurisées à vos infrastructures par l’emploi d’un « VPN » (Virtual Private Network ou « réseau privé virtuel » en français). Outre le chiffrement de vos connexions extérieures, ces dispositifs permettent également de renforcer la sécurité de vos accès distants en les limitant aux seuls équipements authentifiés. La mise en place sur ces connexions VPN d’une double authentification sera également à privilégier pour se prémunir de toute usurpation.

  4. Renforcez votre politique de gestion des mots de passe : Qu’il s’agisse des mots de passe des utilisateurs en télétravail, mais aussi de ceux en charge du support informatique, les mots de passe doivent être suffisamment longs, complexes et uniques sur chaque équipement ou service utilisé. La majorité des attaques est due à des mots de passe trop simples ou réutilisés. Au moindre doute ou même en prévention, changez-les et activez la double authentification chaque fois que cela est possible. En savoir plus.

  5. Ayez une politique stricte de déploiement des mises à jour de sécurité : Et ce, dès qu’elles sont disponibles et sur tous les équipements accessibles de votre système d’information (postes nomades, de bureau, tablettes, smartphones, serveurs, équipements réseaux ou de sécurité…) car les cybercriminels mettent peu de temps à exploiter les failles lorsqu’ils en ont connaissance. Un défaut de mise à jour d’un équipement est souvent la cause d’une intrusion dans le réseau des entreprises. En savoir plus.

  6. Durcissez la sauvegarde de vos données et activités : Les sauvegardes seront parfois le seul moyen pour l’entreprise de recouvrer ses données suite à une cyberattaque. Les sauvegardes doivent être réalisées et testées régulièrement pour s’assurer qu’elles fonctionnent. Des sauvegardes déconnectées sont souvent indispensables pour faire face à une attaque destructrice par rançongiciel (ransomware). En outre, il convient également de s’assurer du niveau de sauvegarde de ses hébergements externes (cloud, site Internet d’entreprise, service de messagerie…) pour s’assurer que le service souscrit est bien en adéquation avec les risques encourus par l’entreprise. En savoir plus.

  7. Utilisez des solutions antivirales professionnelles : Les solutions antivirales professionnelles permettent de protéger les entreprises de la plupart des attaques virales connues, mais également parfois des messages d’hameçonnage (phishing), voire de certains rançongiciels (ransomware). Utiliser des solutions différentes pour la protection des infrastructures et pour les terminaux peut s’avérer très complémentaire et donc démultiplier l’efficacité de la protection dans un principe de défense en profondeur.

  8. Mettez en place une journalisation de l’activité de tous vos équipements d’infrastructure : Ayez une journalisation systématique et d’une durée de rétention suffisamment longue de tous les accès et activités de vos équipements d’infrastructure (serveurs, pare-feu, proxy…), voire des postes de travail. Cette journalisation sera souvent le seul moyen de pouvoir comprendre comment a pu se produire une cyberattaque et donc de pouvoir y remédier, ainsi que d’évaluer l’étendue de l’attaque.

  9. Supervisez l’activité de vos accès externes et systèmes sensibles : Cette supervision doit vous permettre de pouvoir détecter toute activité anormale qui pourrait être le signe d’une cyberattaque, tels une connexion suspecte d’un utilisateur inconnu, ou d’un utilisateur connu en dehors de ses horaires habituels, ou encore un volume inhabituel de téléchargement d’informations…

  10. Sensibilisez et apportez un soutien réactif à vos collaborateurs en télétravail : Donnez aux télétravailleurs des consignes claires sur ce qu’ils peuvent faire ou ne pas faire et sensibilisez les aux risques de sécurité liés au télétravail. Cela doit se faire avec pédagogie pour vous assurer de leur adhésion et donc de l’efficacité des consignes. Les utilisateurs sont souvent le premier rempart pour éviter, voire détecter les cyberattaques. Utilisez au besoin nos supports et notre kit de sensibilisation ou encore les recommandations aux télétravailleurs décrites supra. Ces utilisateurs coupés de leur entreprise ont également besoin d’un soutien de qualité et réactif pour éviter toute dérive.

  11. Préparez-vous à affronter une cyberattaque : L’actualité démontre qu’aucune organisation, quelle que soit sa taille, n’est à l’abri d’une cyberattaque. Il faut donc admettre que cela n’arrive pas qu’aux autres. La question n’est donc plus de savoir si on va être victime d’une cyberattaque, mais quand on le sera. Il faut donc s’y préparer. L’évaluation des scénarios d’attaques possibles (cf. menaces supra) permet d’anticiper les mesures à prendre pour s’en protéger et de définir également la conduite à tenir pour réagir quand elle surviendra : plans de crise et de communication, contractualisation avec des prestataires spécialisés pour recourir à leur assistance…

  12. Dirigeants : impliquez-vous et montrez l’exemple ! La sécurité est toujours une contrainte qu’il faut accepter à la mesure des enjeux qui peuvent s’avérer vitaux pour les entreprises. L’implication et l’adhésion des dirigeants aux mesures de sécurité est indispensable, tout comme leur comportement qui doit se vouloir exemplaire afin de s’assurer de l’adhésion des collaborateurs.

Cybermalveillance.gouv.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s