Publié le 17 janvier, le baromètre d’Allianz 2023 : un classement des risques par les entreprises. Un panorama des risques à consulter.

Il est toujours intéressant de faire chaque année un point sur le classement des risques par les entreprises.

Il vient d’être publié : le baromètre des risques d’Allianz 2023. Au cœur de l’actualité 🎯

  • 2 700 répondants / 94 pays / classements Monde et France / par secteur d’activités
  • Quelques points saillants :

LES ATTENDUS

👍 La Cyber-délinquance et l’Interruption d’activité en tête 🏆

👍 Les risques Energétiques et les risques Economiques (inflation, récession) font leur entrée dans le top 10 🎁

👍Le risque Pandémique dégringole, grâce à la levée de la plupart des restrictions sanitaires

LES INNATENDUS, dont deux particulièrement désolants

👍Le risque de Réputation continue de perdre des places dans le baromètre !

👍Le risque de pénurie de talents prend une place dans le classement Monde et fait son entrée dans le classement France 🎁

👍Les Catastrophes naturelles et le Changement climatique sont en baisse tous les deux !  

👍Le risque Ethique sur sa dimension Gouvernance n’apparaît toujours pas dans le baromètre !

  • Pour une découverte plus approfondie du classement :

🎯 Un lien vers le baromètre 2023 : Baromètre des risques d’Allianz 2023

🎯 Un lien vers mon blog pour relire le Baromètre d’Allianz 2022 

🎯 Le communiqué de presse d’Allianz, ci-dessous :

Le communiqué de presse d’Allianz

« Le Baromètre des risques d’Allianz 2023 exprime à la fois la stabilité et le changement.

Les Incidents cyber et l’Interruption d’activité sont les principales préoccupations des entreprises pour la deuxième année consécutive (avec 34 % des réponses dans les deux cas). Cependant, les risques qui enregistrent la plus forte hausse dans le classement de cette année sont les Evolutions macroéconomiques (passant de la 10e place à la 3e place), principalement liées à l’inflation, à la volatilité des marchés financiers et à la menace d’une récession, ainsi que l’impact de la Crise énergétique (faisant son entrée, à la 4e place). Parallèlement, les conséquences économiques et politiques mondiales de la pandémie de Covid-19 et de la guerre en Ukraine se font de plus en plus sentir.

Ces questions préoccupantes nécessitent une action immédiate des entreprises. Cela explique la baisse des Catastrophes naturelles (de la 3e à la 6e place) et du Changement climatique (de la 6e à la 7e place)dans le classement mondial. Il en est de même pour la Pandémie (passant de la 4e à la 13e place), les vaccins ayant permis de mettre fin aux confinements et aux restrictions sanitaires. Par ailleurs, les Risques politiques et la violence font leur entrée, à la 10e place, tandis que la Pénurie de main-d’œuvre qualifiée grimpe à la 8e place. Les Evolutions législatives et réglementaires restent un risque important, s’inscrivant à la 5e place. Enfin, les Incendies perdent deux places pour s’établir au 9e rang.

Principaux risques en France

Les Incidents cyber et les Interruptions d’activité restent les préoccupations majeures pour les entreprises en France. Toutefois, il n’est pas surprenant avec la guerre en Ukraine que la Crise énergétique et les Évolutions macro-économiques (ex : inflation, programmes d’austérité) fassent leur entrée dans le top 5 des risques cette année (respectivement en 3e et 4e position).  Les entreprises françaises sont également de plus en plus soucieuses de la Pénurie de talents, les plaçant pour la première fois dans le classement des risques (10e). En effet, après les Etats-Unis, les difficultés de recrutement de main d’œuvre qualifiée semblent à présent se profiler en Europe.

… 

Joachim Mueller, CEO d’AGCS, a commenté les résultats : « Pour la deuxième année consécutive, le Baromètre des risques d’Allianz montre que les entreprises sont principalement préoccupées par l’augmentation des risques d’incidents cyber et d’interruption d’activité. Dans le même temps, elles considèrent l’inflation, une récession imminente et la crise énergétique comme des menaces immédiates pour leurs activités. En Europe et aux États-Unis notamment, la ‘‘permacrise’’ due aux conséquences de la pandémie et à l’impact économique et politique de la guerre en Ukraine, est une source d’inquiétude. Elle met à l’épreuve l’ensemble des entreprises.

« La bonne nouvelle, c’est qu’en tant qu’assureurs, nous constatons une amélioration continue de la résilience chez nombre de nos clients, grâce à la sécurisation des chaînes d’approvisionnement, à l’amélioration des plans de continuité d’activité et au renforcement des contrôles cyber. L’adoption des mesures nécessaires pour renforcer la résilience et réduire les risques fait désormais partie des priorités des entreprises, après les événements de ces dernières années. »

En 2023, les quatre principaux risques figurant dans le Baromètre des risques d’Allianz sont à peu près les mêmes dans toutes les entreprises du monde, quelle que soit leur taille (grandes entreprises ou PME), et dans la plupart des économies européennes et aux États-Unis, à l’exception du risque lié à la crise énergétique. Les préoccupations des entreprises dans les régions Asie-Pacifique et Afrique sont légèrement différentes, car l’impact direct, ainsi que les répercussions économiques et politiques de la guerre en Ukraine, ne sont pas les mêmes.

Risques numériques et perturbations

Les Incidents cyber, tels que les pannes de systèmes, les attaques par ransomware ou les violations de données, constituent le risque le plus important dans le monde pour la deuxième fois consécutive. C’est un phénomène inédit dans le baromètre. Ils figurent également au premier rang dans 19 pays, dont le Canada, la France, le Japon, l’Inde et le Royaume-Uni. C’est le risque qui inquiète le plus les petites entreprises (chiffre d’affaires annuel < 250 millions de dollars).

« Pour beaucoup d’entreprises, la menace dans le cyber-espace est plus importante que jamais et le nombre de sinistres cyber reste élevé. Les grandes entreprises, désormais habituées aux attaques, et celles qui disposent d’une cybersécurité adéquate, sont capables d’en déjouer la plupart. Mais les petites et moyennes entreprises sont également touchées. Celles-ci ont tendance à sous-évaluer leur exposition et doivent investir en permanence pour renforcer leurs contrôles cyber », explique Shanil Williams, membre du conseil d’administration d’AGCS et directeur de la souscription Entreprises, chargé de la souscription cyber.

Selon le Centre de compétences cyber d’Allianz, la fréquence des attaques par ransomware reste élevée en 2023. Parallèlement, le coût moyen d’une violation de données n’a jamais été aussi important (4,35 millions de dollars) et devrait dépasser les 5 millions en 2023. Le conflit en Ukraine et la hausse des tensions géopolitiques augmentent le risque d’une cyberattaque à grande échelle par des acteurs financés par des États. Par ailleurs, la pénurie de professionnels de la cybersécurité s’accentue, ce qui soulève des défis pour améliorer la sécurité.

Dans nombre de pays, 2023 pourrait être une nouvelle année de risques élevés en matière d’interruption d’activité. En effet, la plupart des modèles économiques sont vulnérables aux chocs et aux changements soudains, qui se répercutent ensuite sur le résultat et le chiffre d’affaires. Située à la 2e place du classement mondial, l’interruption d’activité constitue le premier risque au Brésil, en Allemagne, au Mexique, aux Pays-Bas, à Singapour, en Corée du Sud, en Suède et aux États-Unis.

Les sources de perturbations ne manquent pas. Le risque cyber est la cause d’interruption d’activité que les entreprises craignent le plus (45 % des réponses). Vient ensuite la crise énergétique (35 %), suivie des catastrophes naturelles (31 %). La flambée du coût de l’énergie a contraint les entreprises grandes consommatrices d’énergie à rationaliser leurs dépenses énergétiques, à déplacer la production vers d’autres sites, voire à envisager des arrêts temporaires d’activité. Les pénuries en résultant pourraient provoquer des ruptures d’approvisionnement dans de nombreux secteurs essentiels en Europe : alimentation, agriculture, industrie chimique et pharmaceutique, construction et industrie manufacturière. La douceur de l’hiver en Europe et la stabilisation du prix du gaz contribuent néanmoins à atténuer les effets de cette crise.

La perspective d’une récession sera une autre source probable de perturbations en 2023. Elle pourrait entraîner des carences et des défaillances de fournisseurs, un risque particulièrement important pour les entreprises ayant seulement un ou quelques fournisseurs essentiels. Selon Allianz Trade, les défaillances d’entreprises dans le monde pourraient augmenter sensiblement, à savoir de 19 %.

Malaise macroéconomique

Les évolutions économiques, telles que l’inflation ou la volatilité des économies et des marchés financiers, se classent au troisième rang mondial en 2023 (25 %), alors qu’elles étaient à la 10e place en 2022. C’est la première fois en une décennie que ce risque entre dans le top 3. Selon Allianz Research, les trois grandes zones économiques (États-Unis, Chine et Europe) sont en crise au même moment, mais pour des causes différentes. Ces experts prévoient une récession en Europe et aux États-Unis en 2023. L’inflation est particulièrement préoccupante, car elle ‘‘grignote’’ la structure de prix et les marges de rentabilité de nombreuses entreprises. À l’instar de l’économie réelle, les marchés financiers font face à une année périlleuse. Les banques centrales drainent l’excès de liquidité du système et les volumes de transactions diminuent, même sur les marchés historiquement liquides.

« 2023 sera une année difficile. En termes purement économiques, elle ne sera probablement pas bonne pour de nombreux ménages et entreprises. Mais il n’y a aucune raison de désespérer, estime Ludovic Subran, chef économiste chez Allianz. D’une part, la hausse des taux d’intérêt est bénéfique, notamment pour des millions d’épargnants. D’autre part, les perspectives à moyen terme sont bien meilleures, en dépit –ou à cause– de la crise énergétique. Leurs effets, au-delà de la récession attendue en 2023, sont déjà visibles : une transition accélérée vers la décarbonation de l’économie et une sensibilisation accrue aux risques dans tous les secteurs de la société, qui renforceront la résilience économique et sociale. »

Risques en hausse et en baisse

Le risque de crise énergétique est celui qui a le plus progressé dans le Baromètre des risques d’Allianz, s’inscrivant pour la première fois à la 4e place (22 %). Certains secteurs, comme l’industrie chimique, la fabrication d’engrais, de verre ou d’aluminium, peuvent dépendre d’une seule source d’énergie, comme le gaz russe dans nombre de pays européens. Ils sont donc vulnérables aux perturbations de l’approvisionnement énergétique et aux hausses de prix. Si ces industries de base sont en difficulté, les conséquences pourraient se faire sentir dans d’autres secteurs, en aval de la chaîne de valeur. Selon Allianz Trade, la crise énergétique restera le choc de rentabilité le plus important, notamment dans les pays européens. Aux niveaux actuels, les prix de l’énergie réduiraient à néant les bénéfices de la plupart des entreprises non financières, puisque le pouvoir de fixation des prix diminue dans un contexte de ralentissement de la demande.

Après une année dont l’actualité a encore été dominée par les conflits et les troubles civils, les risques politiques et la violence font leur entrée, à la 10e place (13 %). En plus de la guerre, les entreprises s’inquiètent de l’augmentation des perturbations liées aux grèves, aux émeutes et aux mouvements sociaux, sur fond de crise du pouvoir d’achat dans de nombreux pays.

Malgré une baisse dans le classement annuel, les catastrophes naturelles (19 %) et le changement climatique (17 %) restent des préoccupations majeures pour les entreprises. L’année a été marquée par l’ouragan Ian, une des tempêtes les plus puissantes qui aient frappé les États-Unis, mais aussi par des canicules, des sécheresses et des tempêtes hivernales record. Les pertes assurées dépassent les 100 milliards de dollars. Ainsi, ces risques figurent encore aux sept premières places du classement mondial. »

Pour plus d’information sur les conclusions du Baromètre des risques 2023 d’Allianz, vous pouvez écouter une :

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s